• Léo

Bilan de nos deux semaines au Chili

Mis à jour : 28 sept. 2018


Après deux semaines passées, du 3 au 16 septembre, je vais tenter de dresser un petit bilan de notre séjour. De vrais bons souvenirs!




Les rencontres


Un des coups de cœur de ce voyage au Chili aura été la gentillesse de ses habitants. Ce n’est aucunement une réflexion naïve ou flatteuse. Cela a été notre ressenti quotidien, dans tous les coins où nous sommes allés. Il est certain qu’avec nos deux marmots, nous avons un atout ! Les Chiliens étaient en adoration. Je ne sais pas combien de gâteaux et de bonbons ils ont grapillé à droite à gauche en deux semaines ! Dans les gares, dans les cars, dans les magasins, dans les auberges, ils ont eu droit à gentille attention sur gentille attention.


Les commerçants sont aimables, souriants et ne poussent pas à la consommation, hormis peut-être dans le centre de San Pedro de Atacama, mais c’est un monde à part ! Même les taxis ne nous sautaient pas dessus à la sortie des gares routières. Les personnes interpellées dans la rue ont toujours répondu volontiers à nos questions.


Dans les auberges, comme toujours, nous avons rencontré des voyageurs aux profils très différents : un couple parcourant l’Amérique du Sud en moto, une Française faisant un tour du monde en solo, une Néo-Zélandaise en vadrouille pour quatre mois, un Brésilien suivant des cours de neuroscience à l’université de Valparaiso, des Allemands, des Anglais, des Chiliens, etc. C’est toujours sympa d’échanger et ça faisait plaisir aux enfants de parler avec des Français.


Le climat


Nous avons voyagé au Chili du 3 au 16 septembre, c’est-à-dire à la fin de l’hiver austral. Honnêtement, le climat n’a pas été trop contraignant, hormis à La Serena. Toutefois, dans ce dernier cas, les désagréments étaient davantage dus au manque de chauffage dans l’auberge, qu’à la météo en elle-même. Dans l’ensemble, nous avons toujours eu un temps frais le matin, autour de 8 degrés, et un beau soleil l’après-midi, avec un thermomètre affichant des températures au-delà de 20 degrés. C’était très agréable. Il est certain qu’il ne faut pas négliger de bien s’équiper, surtout pour les nuits en auberge.

La sécurité


Je crois que la question de la sécurité aura été notre grosse surprise. Sans dire que nous pensions nous sentir en danger, nous n’imaginions pas que l’atmosphère serait si paisible, et ce, à Santiago comme à San Pedro. Nous n’avons probablement pas mis les pieds dans les quartiers vraiment craignos, mais dans d’autres pays, le sentiment d’insécurité est général.


Que ce soit sur les routes ou dans la rue, à aucun moment, je me suis sentie fébrile. Lorsque Momo a oublié son sac dans le métro de Santiago, un homme nous l’a gentiment rapporté. Lorsque nous nous sommes promenés dans Valparaiso avec un sac à dos à moitié ouvert, une dame nous à interpellé pour nous inviter à le fermer. Lorsqu’Auden s’éloignait légèrement dans la rue, les Chiliens veillaient systématiquement à rechercher qui pouvaient être ses parents, avant de poursuivre leur route.


La pauvreté existe au Chili, bien entendu. Pourtant, nous n’y avons jamais été confrontés de façon brutale et dérangeante, comme ce peu être le cas en France ou ailleurs, que l’on soit touriste ou non. Personne n’est venu nous demander de l’argent, ou bien de façon peu insistante.


Enfin, nous avons trouvé que le sentiment de sécurité se retrouvait également dans la très bonne organisation des Chiliens dans la gestion des sites touristiques. En effet, même perdus au cœur du désert, on trouvera toujours des toilettes (avec du papier !), des personnes pour nous aiguiller, des commodités diverses. Cela rond le charme, c'est certain, mais c'est rassurant avec des enfants !


Les paysages


Dans un pays qui s’étire sur plus de 4 000 m, il semble évident que les paysages varient. Face au douloureux problème du choix, nous avons finalement opté pour un court séjour au Chili et n’avons pas visité le Sud du pays. Toutefois, rien qu’en parcourant un peu plus de 1 600 km, c’est une succession de plages, forêts, campagnes et déserts. Le désert lui-même offre des tableaux radicalement différents. Bref, le Chili est the place to be !




Le budget pour 13 jours (1442,64 euros)


  • Hébergement : 638,50 euros ;

  • Nourriture : 293,26 euros ;

  • Activités : 59,13 euros ;

  • Transports : 383,44 euros ;

  • Divers : 68,31 euros (dont 32 euros de frais de retraits) ;

  • Budget par jour pour 4 : 110,97 euros.


Hasto pronto !


Si cet article vous a plu, likez, commentez, partagez !


À lire également :

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • Facebook Vintage Stamp
  • Twitter Vintage Stamp
  • Instagram Vintage Stamp
Nous trouver
Nous suivre