• Léo

Partie 5 - Road-trip en Nouvelle-Zélande (Auckland)

La fin de notre road-trip en famille en Nouvelle-Zélande approche. Auckland est notre dernière étape. Après notre belle aventure du Parc national du Tongariro, nous quittons la nature pour retrouver la ville.


J’ignore pour quelle raison, mais les enfants attendent Auckland avec impatience ! Peut-être ont-ils hâte de partir en Asie ? De reprendre une vraie vie de routard ?


Pour le moment, place à la plus grande ville de Nouvelle-Zélande !


La Sky tower

Jour 17 : La route pour Auckland (17 avril)


En ce matin frais, les Auden et Eylia profitent d’un rayon de soleil pour se frotter au parcours d’accro-branches du camping de Te Aroha, situé à mi-chemin entre Rotorua et Auckland. Nous ne sommes pas pressés. Le trajet d’aujourd’hui sera assez court, et nous avons jusqu’à 17 h pour rendre la voiture.


Nous passons nos derniers moments de voyageurs véhiculés ! Cette étape du tour du monde est bientôt terminée. Je ne suis pas mécontente. Le voyage itinérant en voiture est sympa, ça change, mais il me tarde de reprendre notre vie de routard. Ce mode de déplacement m’a rendue paresseuse. C’est confortable, mais j’aime le dynamisme du voyage sac au dos.


À mesure que nous roulons vers Auckland, le ciel se couvre. Nous faisons nos dernières courses en voiture en veillant bien à ne prendre que le strict nécessaire. Cela fait maintenant plusieurs semaines que le poids de nos bagages nous importe peu. Notre sac de provision faisait la taille de mon sac de rando ! Nous devons réapprendre à voyager léger.


Nous ne parvenons pas à trouver un endroit sympa pour pique-niquer. Il fait trop froid pour déjeuner dehors. Nous optons pour un grignotage dans la voiture. Dommage ! J’aurais bien aimé manger une dernière fois dans un cadre agréable.


Nous passons un coup d’aspirateur dans la voiture, faisons le plein et nous dirigeons vers le parking du loueur. Nous savons qu’il sera long et compliqué de regagner l’hôtel. Le retour à la réalité risque d’être rude !


Une bonne surprise nous attend. L’employée de chez Drive NZ nous apprend qu’un taxi contacté par leurs soins ne nous coûtera pas plus cher, voire moins cher, qu’un trajet en transports en commun, jusqu’au centre d’Auckland. C’est parfait ! On signe ! Point positif : le confort du taxi nous permet de renouer en douceur avec le voyage sac au dos. Point négatif : le check-in de l’auberge est à 15 h. Nous risquons d’être en avance.


Arrivés à bon port, nous patientons sur un banc, en face de notre logement. Nous sommes dans le quartier chinois d’Auckland. C’est bien. Cela plonge les enfants dans l’ambiance qui sera celle de nos prochaines semaines. C’est une sorte de transition. Je profite de l’attente pour aller faire les courses dans un supermarché du coin. On est bel et bien en Chine ! Difficile de se repérer, lorsque tout est écrit en chinois et que la plupart des produits me sont inconnus !


Il est 15 h, le gérant nous ouvre. L’auberge de jeunesse est étrange. C’est un ancien souterrain réaménagé en guesthouse. Toutefois, les locaux sont neufs et propres (hormis sous les lits!). Malgré tout, le fait de vivre dans un univers sans fenêtres est assez déroutant. Seule la salle de bain donne sur l’extérieur.



Il semble que le gérant occupe les lieux avec sa famille, comme c’était le cas dans la majorité des auberges et hôtels d’Amérique du Sud. Pourtant, après le check-in, nous ne le croiserons plus jusqu’à la fin de notre séjour à Auckland ! Je pense que la gestion de cet établissement n’est pas un travail à temps plein. Le gérant rentre le soir, tard, et repart le matin, aux aurores. Cette guesthouse doit lui permettre d’arrondir ses fins de mois. Quoi qu’il en soit, nous aurions bien aimé pouvoir lui parler, car le wifi ne fonctionne pas et cela ne nous arrange guère...


Hébergement à Auckland : Flash Packer, 117 euros pour deux nuits, une chambre avec deux lits simples et un lit double, pas de fenêtre, cuisine et sanitaires communs, wifi très mauvais, dans le quartier chinois.


Jour 18 : Auckland (24 avril)


Aujourd’hui, rien ne presse. Pour une fois, nous n’avons pas à plier bagage. Par ailleurs, nous ne comptons visiter Auckland en long, en large et en travers. Nous débutons la journée par un brin d’école.


En fin de matinée, nous mettons le nez dehors. Le parcours prévu est simple : Sky tower (depuis l’extérieur), une marae (espace consacré aux cérémonies religieuses maories), l’université, le port et quelques parcs.


Marae

Clock tower de l'université d'Auckland

Les enfants jouent, refont le monde, réfléchissent aux jeux qu’ils souhaitent avoir lorsqu’ils rentreront en France, etc. La marina d’Auckland les épate.



Eylia veut un yacht ! Elle n’a pourtant pas des goûts de luxe, mais la perspective de vivre dans un palais flottant la séduit ! Elle imagine alors sa vie d’adulte, qui se passera aux quatre coins du monde, entre mer et montagne. C’est beau de rêver ! Ces discussions ont le mérite de les faire marcher plus de dix kilomètres, sans qu’ils s’en rendent compte ! Quoi qu’il en soit, depuis la longue randonnée du

Parc national du Tongariro, ils n’ont plus le droit de se plaindre !


Afin que Momo et moi ne sombrions pas dans la démence, j'ai mis en place, depuis le début du mois de février, un système de croix qui sanctionnent le bon déroulement d’une journée. Aujourd’hui, nous avons décidé de créer d’autres croix : propreté (lavage de dents, de mains, ongles, etc.), organisation (rangement, bagages, prise d’initiatives, etc.), devoirs (bon déroulement, motivation), maturité (arrêter de se comporter comme un bébé, de pleurer, de se plaindre, etc.). Ces quatre croix s’ajoutent à la première, qui devient un croix de comportement. Ce système n’a rien de révolutionnaire ni d’imparable. Toutefois, il a le mérite de motiver Auden et Eylia. Cinquante croix donnent droit à l’achat d’un petit cadeau, lorsque nous serons rentrés en France. Pour cent croix, ce sera un gros. Toutes proportions gardées !


Jour 19 : Départ pour la Corée du Sud


Aujourd’hui, rien de particulier au programme. Nous profitions de l’absence du gérant pour rester bien au-delà de l’heure du check-out ! Il avait qu’à être là ! Les enfants jouent, font l’école et Momo et moi commençons à préparer notre retour en France, sur les plans professionnel et administratif.


Nous décidons de nous alléger et abandonnons certains vêtements. Notre charge de départ n’était pas énorme, mais bricole après bricole, nous commençons à trouver notre sac un peu lourd. Pourtant, nous n’avons acheté aucun souvenir. Cependant, des travaux d’école, des dessins des enfants, une pièce de monnaie conservée dans chaque pays, un nouveau jean, une nouvelle casquette, etc. Chaque petit élément a son importance, et à la fin, cela se ressent dans le poids total. Nous laissons une serviette de bain, un plaid et certains vêtements d’Auden.


C’est parti pour deux nouveaux mois en mode routard ! Nous quittons notre entrepôt et prenons le sky bus, situé juste en face de l’auberge. Il nous conduit directement à l’aéroport. Eylia est triste de quitter la Nouvelle-Zélande. Elle affirme qu’elle y retournera, comme nous l’avons fait, avec ses propres enfants. Elle s’engage également à nous payer le billet, quand nous serons vieux ! Pas de refus ;)



Nous sommes excités à l’idée de reprendre la route. Nous entamons la partie la plus dépaysante de notre tour du monde en famille. Aucun de nous n’a visité les pays que nous allons découvrir. La langue, l’écriture, la culture seront très différentes de ce que nous connaissons. Nous commençons par des pays modernes et touristiques : la Corée du Sud, le Japon et la Chine (Pékin). Les choses se corseront lorsque nous visiterons l’Ouzbékistan et le Kirghizistan ! Vive l’aventure !


See U :)


Si cet article vous a plu, likez, commentez, partagez ! Suivez-nous sur Instagram !


Nos vidéos

Notre itinéraire en cartes

Nos récits de voyage


Vous pouvez lire également :


Faire un tour du monde en famille | La décision

Un tour du monde en rime pas avec « vacances »

Comment ne pas prendre (trop) de poids durant un tour du monde en famille ?

Pourquoi voyager en famille autour du monde ? | Nos motivations

Voyager en famille en Amérique latine en mode routard

Organiser un road-trip en famille dans le grand Ouest américain

Passer une semaine en famille aux Iles Cook

Organiser un road-trip en famille en Nouvelle-Zélande

Le carnet de voyage d’Eylia

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • Facebook Vintage Stamp
  • Twitter Vintage Stamp
  • Instagram Vintage Stamp
Nous trouver
Nous suivre