• Léo

Santiago de Cali – Colombie (7-9 décembre)

Mis à jour : 21 déc. 2018


Nous avons débuté la Colombie par les « petites » villes du Sud : Ipiales, Pasto et Popayan. Aujourd’hui, nous découvrons une des villes mythiques du pays : Cali, réputée comme étant la plus dangereuse de Colombie.


Avec plus de 50 meurtres pour 100 000 habitants, Cali n’inspire pas confiance. Pourtant, elle est aussi la capitale de la salsa. Qui veut s’essayer à cette danse doit faire ses premières armes dans l’un des multiples bars de la ville.


Entre narcotrafic et déhanchés endiablés, Cali serait donc la bad-girl colombienne. Est-ce ce que l’on en retiendra ? Voyons cela…


L'église de L'Ermita

Récit de nos deux jours à Cali


1) Le trajet Popayan-Cali


Vendredi 7 décembre – Nous quittons notre jolie auberge de Popayan et nous mettons en quête d’un taxi. Pour la première fois, la tâche est ardue. Ils sont vraisemblablement submergés de demandes. Le ciel devient menaçant et la gare routière est trop loin pour que nous y allions à pied avec les enfants.


Nous finissons par trouver un taxi disponible. Aujourd’hui, nous décidons de changer de compagnie de car. Nous essayons la Flota Magdalena. Comme à notre habitude, nous négocions et parvenons à payer moitié-prix pour les enfants. Nous montons dans le car, mais celui-ci est plein à craquer. Le chauffeur joue aux chaises musicales et tente de libérer des places proches les unes des autres. Pour la première fois depuis le début du tour du monde, nous sommes contraints de voyager à trois sur deux places. Le trajet ne devrait pas être trop long, quatre heures « seulement ». Je vais prendre sur moi.


Les paysages sont toujours aussi agréables à regarder : montagnes et collines verdoyantes, bananiers, fougères géantes, etc. Je ne m’en lasse pas.


2) Cali


La ville


Cali est une ville de près de 2,5 millions d’habitants, située au Sud de la Colombie, à 1 000 m d’altitude.


J’ai été agréablement surprise par les abords de la ville. Depuis le Chili lorsque nous arrivons en car, les périphéries font souvent peur à voir : trottoirs en terre, bâtiments vétustes, pollution. Lorsque nous sommes arrivés à Cali, tout semblait moderne et propre. Et surtout, étonnamment vert. La végétation est partout, même dans la ville. Peut-être est-ce une spécificité de la Colombie. Nous verrons ce qu’il est sera à Medellin et Carthagène.



Cali fut longtemps une ville dangereuse, en raison de la présence du cartel éponyme qui sévissait dans la région. Le cartel de Cali est à l’origine de l’élimination de Pablo Escobar, chef du cartel de Medellin.


Aujourd’hui, le cartel n’existe plus. Le trafic n’a pas disparu pour autant et les règlements de compte se poursuivent, dans une moindre mesure.


Notre auberge


Avec l’arrivée des fêtes, nous avons décidé de nous tourner à nouveau vers Booking pour réserver nos hôtels, et ne plus attendre d’être sur place. Inconvénient : nous ne pourrons plus négocier les prix. Avantage : nous ne prendrons pas le risque de perdre du temps et de l’énergie à faire le tour des auberges, dans l’espoir de trouver la perle rare.


Nous avons jeté notre dévolu sur une auberge de jeunesse, l'Hostal Pájara Pinta, située dans le quartier de San Antonio, le quartier un peu « bo-bo » de Cali. Elle est superbe : un joli salon, une cuisine super-équipée, des murs colorés, des plantes de partout, une piscine (en travaux lorsque nous y étions) et des décos de Noël en veux-tu en voilà, etc. Au vu de la largeur des lits dans lesquels nous avons dormi depuis trois mois, nous avons pris le parti de ne réserver que des chambres avec deux lits simples. Manque de bol, le règne du XXL n’est vraisemblablement plus tendance à Cali. Nous nous retrouvons avec deux lits simples standards, pour dormir à quatre ! On fera avec!



La déco de Noël à Cali


Ce soir, c’est le grand soir : Cali s’illumine pour préparer Noël. J’ai souvent entendu que la Colombie ne lésinait pas sur les moyens. J’ai suis curieuse de voir ce qu’il en est réellement.


Nous profitons du chemin pour faire une petite dégustation de la cuisine de rue : brochettes, arepas de diverses sortes, épis de maïs grillés, lechona (cochon entier farci), salades de fruits, churros, etc.



Les rues du centre historique s’emplissent à mesure que les minutes s’écoulent. C’est à 19 h que la ville se parera de mille couleurs. Avant même que la lumière ne vienne mettre en valeur les installations, nous prenons la mesure des efforts qui ont été déployés afin de préparer Cali pour les fêtes… et de l’aspect anti-écologique de la chose ! Faut bien être un peu rabat-joie, non ?!


En tout cas, plus besoin d’aller à Disney Land ou dans je ne sais quel parc à thème. Nous croisons Mickey et Minnie, la Reine des neiges, les Pat’ patrouille, tout un tas de super-héros, Winnie, etc. Et tout ça, gratuitement !


19 h. Et la lumière fut. C’est parti pour le show ! Les décorations sont impressionnantes par leur variété, leur taille et leur nombre : des sapins gigantesques, des centaines de guirlandes, des structures diverses, le tout sur un fond de la salsa. Évidemment ! Le moindre recoin de la promenade qui longe le rio Cali jusqu’à l’église La Ermita est décoré. Les Champs-Elysées peuvent aller se rhabiller. Là, y a compet’ ! Certes, avec bien moins de goût. Quoi qu’il en soit, les enfants sont ravis, malgré une foule étouffante qui les effraie un peu.





Nous ne nous attardons pas. C’est assez grandiose, mais je commence à craindre de perdre les Auden et Eylia dans cette cohue. Certes, ce serait l’occasion ! Toutefois, je ne suis pas encore assez à bout pour cela;)


San Antonio et le centre historique


Samedi 8 décembre – Programme du jour : se balader dans notre quartier de San Antonio, découvrir le centre historique et, éventuellement, si les troupes sont motivées, pousser jusqu’au quartier de Granada, qui vit au rythme de la salsa.


Le soleil est de la partie. Cela fait un bien fou. Toutefois, assez rapidement, nous comprenons que le soleil féroce de Cali n’est pas qu’un mythe. La balade risque de prendre fin avant midi. Nous ne tiendrons pas le coup toute l’après-midi.


Le quartier de San Antonio est très agréable. On se croirait dans un petit village au coeur de Cali : jolies rues, maisonnettes colorées, parcs, ambiance paisible.




Le centre historique est assez déroutant. C’est un mélange de moderne et d’ancien. Il est quasi-impossible de parvenir à photographier une église ou un vieux bâtiment, sans qu’un grand building ou un échangeur de périphérique ne vienne s’inviter sur le cliché. C’est un style comme un autre. On s’y fait. C’est Cali.


Eglise de la Merced

Après seulement deux ou trois heures de marche, nous n’en pouvons plus. Le soleil nous brûle la peau. Nous ne sommes probablement pas très résistants, mais nous capitulons ! Nous n’avions pas prévu d’utiliser la cuisine commune de l’auberge, mais ce sera pourtant le cas. Un petit tour à la tienda du coin et en route pour une fin de journée à la « maison ». Nous nous motiverons peut-être vers 18 h pour aller visiter Granada. En définitive, la pluie nous en dissuadera. Fin de l’épisode Cali. Place à Salento !


Conclusion : ni drogue, ni meurtre, ni salsa!


En définitive, nous retiendrons trois choses de Cali : la chaleur, les décos de Noël et un bon repas de rue. Nous ne nous sommes pas sentis en danger. Pourtant, les taxis et les gérants de l’auberge nous avaient mis en garde. Mieux vaut ne pas se promener dans le centre historique le soir, mieux vaut éviter certains quartiers à l’heure de la sieste, lorsque les rues sont désertes, mieux vaut sortir léger et ne pas exhiber son appareil photo ou son téléphone portable, etc. Il est vrai que nous avons croisé certains énergumènes au regard peu engageant. Il suffit de passer son chemin.


En un sens, je regrette de ne pas être allée à Granada. Toutefois, la Colombie n’est que salsa. Depuis le début du voyage, où que l’on soit, la musique nous accompagne. Nous avons vu des étudiants danser à Pasto, et j’imagine que la côte Caraïbes vibrera au rythme de la salsa. Nous ne devrions pas rester sur notre faim.


Et les enfants ?


Auden et Eylia ont bien profité de l’auberge qui, il est vrai, était très agréable. Eylia a apprécié le calme du quartier de San Antonio et admet que la Colombie est un pays de rêve pour vivre la préparation de Noël. Elle a également adoré notre dégustation ambulante.


Auden a passé sa première soirée à chercher les super-héros pour leur serrer la main. Une photo avec eux était payante. Nous ne sommes pas tombés dans le panneau. Toutefois, il a toujours réussi à grapiller un petit bisou par-ci et un shake par-là, avec Winnie ou un Transformers !


Trucs et astuces du voyageur à Cali


  • Eau : Elle n’est pas potable, contrairement à ce que certains disent. L’eau de notre auberge avait un prétendu purificateur. Nous avons baissé notre garde et rempli nos gourdes. Bilan : trois malades sur quatre.

  • Sécurité : Sans devenir parano, il ne faut pas non plus se comporter à Cali comme dans n’importe quelle ville. Disons que les précautions de rigueur doivent d’autant plus être suivie là-bas. Les vols sont fréquents.

  • Chaleur : Il fait vraiment très chaud. Mieux ne pas prévoir de se balader avec les enfants toute la journée, à moins de se trouver un coin d’ombre dans un parc ou dans un café.


Quel budget pour deux jours à Cali ?


Taux de change : 1 euro = 3640 pesos colombiens


Hébergement

Hostal Pajara Pinta : 28 euros pour 2 nuits, 2 lits simples (petits), sanitaires communs, cuisine commune très bien équipée, jolie auberge, salon, salle à manger, piscine (en travaux), dans le quartier de San Antonio, wifi moyen.


Nourriture

Repas de rue : 11 euros. Epicerie : 19 euros pour trois repas.


Transports

Car Popayan-Cali : 15 euros pour trois, 4 heures, 134 km, Flota Magdalena, correcte, toilettes. Taxi pour l’auberge : 3 euros. Taxi pour le terminal : 2,30 euros.



Hasta pronto !


Si cet article vous a plu, likez, commentez, partagez ! Suivez-nous sur Instagram !


Nos vidéos

Notre itinéraire en cartes


Vous pouvez lire également :


Organiser un tour du monde en famille


Quel(s) moyen(s) de transport pour un voyage en famille autour du monde ?

Quel pays choisir pour faire un tour du monde avec ses enfants ?

Quels bagages pour un tour du monde en famille ? | Notre organisation

Quels vaccins pour un tour du monde en famille ? | Notre choix

Quel budget pour un tour du monde en famille ? | Notre budget prévisionnel

Comment "faire l'école" durant un tour du monde en famille | 5 options possibles

L'école durant notre tour du monde en mode routard | Mon plan de bataille !

Quels jeux emporter pour un tour du monde en mode routard avec ses enfants ? | Mes 5 choix

La trousse à pharmacie de notre tour du monde en famille

Le contenu des bagages de notre famille en voyage autour du monde | La liste définitive

Organiser un tour du monde en mode routard | Les étapes que nous avons suivies

Le bilan à J + 7


Réflexion autour du voyage


Faire un tour du monde en famille | La décision

Êtes-vous prêt pour faire un tour du monde en famille ? | Le questionnaire

Pourquoi voyager ? Et si le voyage pouvait donner un sens à la vie ?

Quel est le bilan carbone d'un tour du monde en famille ? | Notre calcul

Ma liste bleue | Les 11 choses qui me font rêver lorsque je pense à notre tour du monde

Ma liste noire | Les 11 choses que je redoute lorsque je pense à notre tour du monde

Ma liste rouge | Les 11 choses que j'essaierai de ne pas faire durant notre tour du monde

Le couple et soi durant un tour du monde | Mes appréhensions

Je suis une aventurière ! Mais qu’est-ce que l’aventure ?

Mon état d’esprit à J – 8

Le départ pour le tour du monde

Le bilan à J + 7

Comment gérer les coups de blues en voyage ?

Un tour du monde en rime pas avec « vacances »

Comment ne pas prendre (trop) de poids durant un tour du monde en famille ?


Famille et voyage


Pourquoi voyager en famille autour du monde ? | Nos motivations

Quel est l'âge idéal des enfants pour faire un tour du monde en famille | Notre choix

Le couple et soi durant un tour du monde | Mes appréhensions


Récits de voyage


Le départ pour le tour du monde

Le bilan du Chili

Salta, Argentine

Nord-ouest argentin

Bilan de la Bolivie

Bilan de notre séjour au Pérou

Bilan de notre séjour en Equateur

Ipiales, Pasto, Popayan - Colombie

Cali – Colombie

Salento – Colombie

Jerico – Colombie


Les p'tits routards


Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 1 (fiction écrite par Eylia)

Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 2

Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 3 (en Argentine)

Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 4 (en Bolivie)

Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 5 (au Pérou)

Le carnet de voyage d’Eylia


© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • Facebook Vintage Stamp
  • Twitter Vintage Stamp
  • Instagram Vintage Stamp
Nous trouver
Nous suivre