• Léo

La top-list des choses qui me font rêver lorsque je pense à mon retour en France

Mis à jour : 4 juin 2019




Rentrer ? Jamais ! La fin d’un tour du monde est souvent un moment que le voyageur au long cours appréhende. De mon côté, si je souhaite encore profiter un maximum du temps qui nous reste à vadrouiller, je trépigne d’impatience à l’idée de revivre et retrouver un certain nombre de choses après mon retour en France.


Avant de commencer le voyage, j'avais dresser la liste des 11 choses qui me faisaient rêver lorsque je pensais à notre tour du monde.


Je vous présente aujourd'hui ma top-list du retour !


1) Dormir dans une chambre qui a des volets aux fenêtres !


C’est un détail, mais il fait toute la différence ! Passez dix mois (ou presque) à dormir sans volets ou avec de simples voilages, et vous verrez que vos poches sous les yeux se creuseront !


Je voudrais pouvoir espérer un réveil au-delà de 8 h du matin. Et encore, je suis généreuse. Notre moyenne a plutôt tourné autour de 6 h 30!


2) Avoir le choix dans mes vêtements


Êtes-vous prêt pour faire un tour du monde en famille ? Pour ma part, je l'étais. Vivre en mode aventurière ne m’a pas dérangé plus que ça. Au moins, on ne se pose plus la question de savoir ce que l’on met ce matin ! Toutefois, à la longue, ça devient lassant. Je ne demande pas d’avoir le choix parmi dix robes. Je souhaiterais simplement chausser autre chose que mes baskets, enfiler un vrai jean et brûler mon débardeur gris, que j’ai dû porter cent jours sur trois cents !


3) Regarder des séries


Une série. Une quoi ? Je ne sais même plus ce que ce mot signifie ! Nous aurions tout à fait pu en stocker quelques-unes sur notre ordinateur. Toutefois, je crois que nous avions envie de nous occuper autrement et savions qu’il serait compliqué, voire impossible, de ménager du temps pour les regarder.


À un mois du retour, je rêve de m’asseoir confortablement dans mon canapé et de me repasser l’intégralité de Game of Thrones et de Kaamelott, ou de découvrir les nouveautés à côté desquelles nous sommes passés.


4) Faire du vélo


Qu’est-ce que je donnerais pour enfourcher mon vélo et rouler sur les routes de campagne ! J’aime partir seule ou à deux, rouler sur des routes peu fréquentées.

Faire du sport durant le tour du monde n’aura pas été chose aisée, tant pour Momo que pour moi. Je déteste courir et n’avais pas vraiment envie de louer un vélo pour aller me frotter à la circulation bolivienne ou pékinoise ! Nous avons marché. Ça, c’est certain, et parfois dans des conditions difficiles et sur de longues distances. Toutefois, si j’aime faire du sport, c’est aussi pour me vider la tête. Or, randonner avec Auden qui pose huit mille questions à la seconde, dont quatre mille fois la même, sous des formes déguisées, ça n’est pas vraiment propice à la détente !


5) Cuisiner dans MA cuisine avec MES ustensiles !


Je n’en peux plus de devoir m’adapter à la configuration et à l’équipement de chacune des cuisines dont nous disposons ! Je vous propose un petit florilège de mes coups de gueule : les cuisines à une seule plaque de cuisson, celles sans autre récipient qu’une casserole minuscule, dont le fond au revêtement cancérigène s’effrite, celles sans couverts, celles sans assiettes, celles sans évier, celles sans lumière, celles sans réfrigérateur, celles sans plan de travail, celles avec des cafards morts, celles avec des cafards vivants, celles avec un évier rempli de vaisselle sale datant du mois précédent, celles avec des restes de graisse datant de la dernière décennie, etc. Et j’ajouterai les hôtels sans aucune cuisine, où j’ai dû m’efforcer de concocter de « bons » petits plats, sans aucun matériel, sur un coin de table ou de lavabo.


Je veux retrouver mes ustensiles, mon four, mon congélateur, un évier digne de ce nom, et pouvoir préparer tous les plats dont je rêve !


6) Manger sainement


Cela fait maintenant dix mois que je vais à l’encontre de tous mes principes alimentaires. Si j’ai réussi à consommer des légumes à chaque repas, en revanche, mes neuf autres commandements n’ont que très rarement été respectés ! Notre quotidien est fait d’OGM, de pesticides et de produits raffinés, transformés, trop gras ou trop sucrés. J’ai réussi à prendre sur moi neuf mois et je tiendrai les trente derniers jours. Toutefois, continuer à mener une vie comme cela plus longtemps serait impossible. Risquer de prendre du poids et de me ruiner la santé, c’est supportable un temps, pas toute une vie.


Lorsque les tourdumondistes imaginent leur premier repas en France, ils voient un sandwich jambon-beurre, du saucisson, du fromage coulant, des pâtisseries, du beurre de baratte, du bon vin ou une raclette ! Moi je ne rêve que de légumes bios, de chèvre frais, de poulet fermier et de galettes de sarrasin ! Je sais, c’est moins sexy, mais la salive me monte à la bouche rien que d’y penser !


7) Me retrouver seule


Etre seule ? J’ignore ce que ces mots signifient ! Depuis dix mois, mes instants de solitude cumulés ne doivent pas dépasser quelques heures. J’aime mes enfants, j’aime mon mari. Mais je veux être seule ! J’en rêve, j’en crève ! En temps normal, lorsque vos enfants vous tapent sur le système, vous les envoyez à l’école, chez les voisins, chez les grands-parents, ou éventuellement, vous les laissez devant chez vous, avec une pancarte « à vendre » accrochée autour du cou. Si cette dernière option reste possible autour du monde, les autres sont un tantinet plus compliquées à mettre en place.


Je rêve d’être seule, mais dans des conditions particulières. Pas seulement une dizaine de minutes, pendant que Momo et les enfants vont au marché. Pas uniquement le temps d’une douche. Pas simplement pour la durée d’une visite. Je veux être seule, plusieurs heures, une journée, un week-ends, dans un cadre qui m’est familier, dans lequel je me sens bien. Je souhaite avoir le temps de savourer, de goûter au calme, sans compter les secondes, sans me dire que je dois profiter de ces instants précieux. Il me tarde de retrouver ce luxe de me dire qu’être seule n’en est pas un.


8)Profiter de mes soirées


Dormir avec Auden et Eylia est une chose qui me manquera. Toutefois, si me coucher en même temps qu’eux, une fois, ou deux est sympa, le faire trois cents fois l’est nettement moins ! Je voudrais pouvoir évoluer dans la pièce comme je le souhaite, allumer la lumière, vaquer à mes occupations, discuter avec Momo, téléphoner à des amis, etc.

Cela a pu être possible lorsque nous étions dans des auberges de jeunesse dotée d’une salle commune. Toutefois, ce n’était pas toujours le cas.


9) Etre en couple


Faire un tour du monde en famille, c’est formidable. Cependant, ça ne laisse que très peu de place au couple. On a beau faire tous les efforts possibles, le conjoint passera après les enfants. S’il nous est arrivé, à Momo et moi d’avoir des temps en solo, en revanche, nous ne nous sommes retrouvés ensemble, seuls, que deux fois en neuf mois, pour aller courir, lorsque nous étions dans la famille mexicaine ! Je peux même dire en dix mois, car ça m’étonnerait que l’occasion se présente à nouveau en Ouzbékistan ou au Kirghizistan !


Je ne demande pas la lune. Je rêve simplement de me balader une petite heure avec Momo, de passer une soirée avec lui, de partager un repas ou de nous échapper avec nos amis, sans Auden et Eylia. C’est tout ! Et ce serait déjà énorme !


10) Mettre en place de nouveaux projets persos


Le tour du monde était un beau bébé. Il est né et a bien grandi. Il est désormais temps de tourner les yeux vers d’autres projets. Et j’en ai à revendre ! Je pense que ces nouveaux objectifs contribuent à me faire voir le retour d’un bon œil.


Le voyage devait m’aider à y voir plus clair dans ma vie. C’est chose faite. La vue est dégagée, il n’y a plus qu’à foncer!


11) Passer du temps avec mes proches


Allez, on garde le meilleur pour la fin ! Evidemment, oui, bien sûr, je rêve de passer une soirée, un repas, une heure, un moment, en compagnie de mes proches. Le fait même de parler français et d’échanger avec d’autres personnes que mon mari et deux bestioles de moins de huit ans sera extraordinaire ! Il est vrai que depuis notre road-trip en famille dans le grand Ouest américain, nous n’avons pas rencontré grand monde. Toutefois, l’Asie centrale, comme l’était l’Amérique latine, semble davantage propice aux rencontres.


Par conséquent, rien que de prendre un verre avec des adultes ou de partager un repas avec des copains sera une révolution pour nous !


Et puis, tout simplement, je rêve de revivre tout un tas de premières fois. Nous avons savouré celles du tour du monde. Il me tarde désormais de faire le chemin inverse et de profiter de tous ces instants qui, mis bout à bout, nous permettront de reprendre notre vie, là où nous l’avions laissée.


J’ai également poser la question à Eylia. Elle a répondu qu’elle souhaitait retrouver ses jouets, retrouver la bonne nourriture de Maman (C’est pas moi qui l’ai dit!), retrouver sa chambre, voir la famille et les copains, retourner à l’école, retrouver sa maison, retrouver certains points de repères (le château d’eau de notre ville, le square des bords de Loire), se promener avec le chiens de Papi et Mamie, faire du vélo, aller à la piscine, aller à la bibliothèque tous les jours, manger la tarte du samedi, fêter ses 8 ans avec mes copains, etc. Du côté d'Auden, ce sont la famille, les jouets et les animaux.


Tic tac, tic tac, tic tac…


P.S. : J'oubliais aussi : arrêter de trimbaler mon sac de rando ! Fini le mode tortue !


Si cet article vous a plu, likez, commentez, partagez ! Suivez-nous sur Instagram !


Nos vidéos

Notre itinéraire en cartes

Nos récits de voyage

Vous pouvez lire également :

Le bilan à J + 7

Comment gérer les coups de blues en voyage ?

Un tour du monde ne rime pas avec « vacances »

Comment ne pas prendre (trop) de poids durant un tour du monde en famille ?

Bilan de notre organisation après quatre mois de voyage en famille en Amérique du Sud

Finalement, voyager, ça sert à quoi ?

Notre tour du monde en famille en 10 listes !

Voyager en famille en Amérique latine en mode routard

Organiser un road-trip en famille dans le grand Ouest américain

Passer une semaine en famille aux Iles Cook

Organiser un road-trip en famille en Nouvelle-Zélande

Voyager sac au dos en famille en Corée du Sud

Le carnet de voyage d’Eylia

633 vues1 commentaire

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • Facebook Vintage Stamp
  • Twitter Vintage Stamp
  • Instagram Vintage Stamp
Nous trouver
Nous suivre