Découvrir Busan en famille – Corée du Sud (6-9 mai)



Busan est la dernière étape de notre périple en famille en Corée du Sud. Partis de

Séoul, nous avons traversé le pays en diagonale, jusqu’à la célèbre ville portuaire.


Sur le papier, Busan ne semble pas bien sexy ! Si son charme n’est pas certain, nous sommes toutefois parvenus à lui trouver un certain charme ;)


Visiter Busan : entre poulpe et porte-conteneur, mais pas que…!


1) Comment se rendre à Busan?


Lundi 6 mai – Nous quittons notre hôtel d’Ulsan, en pleine crise. Auden veut rentrer en France… Il veut ses jouets. Il veut ses Sylvanians. Bon, je crois qu’il est plus qu’urgent de renouveler son stock de babioles. Et puis, non. Pour une fois, nous ne lui achèterons pas de la camelote trouvée sur un étal de marché. Nous avons déjà repéré un Lotte Mart à Busan, dans lequel se trouve un Toys R Us. Nous allons faire une surprise aux enfants et leur acheter des Sylvanians !


Nous prenons notre dernier petit-déjeuner compris du pays, à base de bonnes tartines légères, au beurre de cacahuète ! Nous faisons un brin d’école, écoutons le début du roman policier écrit par Eylia et prenons le bus n° 807, en direction de la gare d’Ulsan.


En huit mois de voyage, cela ne nous était jamais arrivé : nous ne trouvons plus nos billets de train… Nous décidons de monter sans en racheter d’autres. Les contrôles sont rares et, après tout, nous ne sommes pas des voleurs. Nous avons bien payé nos premiers billets. Seul problème, nous risquons de ne pas avoir de place assise. Ce n’est pas grave. C’est le jeu. Nous jouons aux chaises musicales au fil des arrêts. Les enfants sont chanceux et parviennent à trouver une place qui n’est pas occupée.


Une fois arrivés à Busan, nous prenons le métro. Ce dernier est, comme à Séoul, très pratique. On s’y repère facilement et la maîtrise du coréen n’est pas nécessaire !

Toutefois, je trouve le système de Busan encore plus ingénieux. En plus des lignes numérotées, chaque arrêt a un numéro et un nom. Je trouve qu’il est bien plus facile de mémoriser un nombre qu’un nom compliqué, qui ne signifie rien pour nous. La RATP ferait bien de s’en inspirer. Comme si les étrangers pouvaient facilement retenir Barbès-Rochechouart ou Saint-Rémy-lès-Chevreuse !


Dans le wagon, une gentille dame distribue des bonbons à Auden et Eylia. Ce ne sera jamais que le dixième qu’ils auront reçu en deux semaines !


2) Où dormir à Busan?


Notre auberge de jeunesse se trouve à quelques pas de la Jagalchi Station, dans le Sud-Ouest de Busan. Notre quartier est le paradis de la nourriture : de la street-food, des restaurants par milliers et l’immense marché aux poissons de Busan. Nous devrions trouver notre bonheur pour dépenser nos derniers wons.


L’auberge Busan Pop corn hostel Nam po est très agréable. On y trouve un petit salon, deux grandes tables, une cuisine correctement équipée (miracle!), des sanitaires communs bien entretenus et des dortoirs lumineux, qui ferment avec un code. Cerise sur le gâteau : le tarif est très abordable.


Bon, je pense que le plaisir n’est peut-être pas partagé avec les gérants. Bien qu’ils donnent le sentiment d’adorer Auden et Eylia, je crains qu’ils n’apprécient guère de voir leur salle de séjour envahie de jouets ! Honnêtement, nous avons capitulé. Cela devient épuisant de demander aux enfants de ne pas s’étaler. Et puis, en un sens, ça démontre qu’ils sont à l’aise et se sentent chez eux où qu’ils aillent. Pour leur équilibre psychologique, c’est plutôt pas mal. Ça l’est sûrement moins pour celui des propriétaires ! Je crois que nous avons aussi fini par avoir pitié des enfants. Ils n’ont déjà que très peu de jouets, si en plus nous passons notre temps à brider leur imagination… Je me justifie bien, là?! Ok… Je suis devenue la mère démissionnaire insupportable, qui laisse ses enfants se comporter comme de sales petits garnements malpolis, et ce, sans les reprendre ! Je le vis bien !


3) Que manger à Busan?


Depuis le début de notre tour du monde en famille, nous ne faisons pas la course aux must-eat. Toutefois, je dois admettre qu’il y a toujours deux ou trois plats que je tiens absolument à goûter dans chaque pays. Depuis le début de notre voyage en Corée du Sud, nous avons essentiellement testé de la street-food. En fin de séjour, nous aimons bien nous payer le luxe d’un restau.


Bien que Busan soit the place to be pour manger du poisson, nous optons pour un barbecue coréen et un plat de boudin noir. Les deux sont décevants. Le premier n’a rien d’extraordinaire. Peut-être n’avons-nous pas choisi la bonne adresse ? Quoi qu’il en soit, cela se résume à une plancha sur laquelle grillent des tranches de poitrines de porcs marinées. Le menu est accompagné d’une soupe, d’une sauce et de feuilles de salade. On ne s’étouffe pas. Si la nourriture n’a rien d’exceptionnel, les enfants sont amusés par la façon dont se déroule le repas. Ils enfilent leur tablier et observent la viande crépiter. Ils se font leur petite popote et s’amusent comme des petits fous ! Auden ne s’est même pas brûlé au troisième degré. Juste au deuxième... Impressionnant ! En revanche, moi, en ressortant, j’ai encore faim. Et ça, c’est très frustrant ! Une bonne glace, et on se sent beaucoup mieux ;)



Nous sommes peut-être des extraterrestres, mais nous adorons tous les quatre le boudin noir. Par conséquent, mon deuxième test culinaire est le sundae (ou soondae). Non, ce n’est pas la glace du Mc Do, mais un boudin amélioré. Nous n’avons peut-être pas de chance, encore une fois, mais le boui-boui dans lequel nous les dégustons nous sert une version très élastique et peu savoureuse. Echec n° 2.



Conclusion : nous aurions mieux fait de faire un tour au marché de poisson !


4) Que faire à Busan en famille?


Lundi 6 mai – Dès notre arrivée à Busan, nous fonçons au Lotte Mart, en nous battant contre le vent qui se lèvre en fin de journée. Nous achetons un lot de Sylvanians chacun, à Auden et Eylia. Ils ne s’y attendaient pas ! C’est bon ! Auden ne veut plus rentrer en France. Enfin, jusqu’à la prochaine fois ! Ça va nous coûter un bras, tout ça ! Heureusement, nous rentrons dans un mois et demi.


Mardi 7 mai – Après une bonne nuit passée sur nos lits superposés, je m’attaque à ma coloration mensuelle. Au pays de la cosmétique, je n’ai jamais vu un système aussi peu pratique. Aucun flacon applicateur n’est fourni. Il faut se la jouer coiffeuse et s’appliquer la couleur avec un peigne prévu à cet effet. Impossible de me débrouiller seule. Momo s’y colle ! Le résultat n’est pas si mal. Une nouvelle perspective d’orientation professionnelle ?!


Visites du jour : le Jagalchi Market et le village de Gamcheon. Le Jagalchi Market est le plus grand marché aux poissons de Corée du Sud. On y trouve de tout. Une grande partie est couverte. Au rez-de-chaussée, chaque stand possède de grands bacs dans lesquels évoluent poissons et crustacés. Certaines araignées tentent de se faire la malle. Quelques poulpes croient y parvenir, mais se font rapidement rappeler à l’ordre. Leurs doux rêves d’évasion ne voient jamais le jour… Leurs geôliers les rattrapent par les mimines, et plouf !



Au deuxième étage, on arrive aux stands de produits non-périssables et à la zone de restauration. Il est possible de déguster le poisson frais du matin.

En sortant du bâtiment, nous poursuivons notre aventure iodée en déambulant dans les allées découvertes du marché. On retrouve nos amis des fonds marins qui se la coulent douce dans leurs piscines aménagées. S’ajoutent à cela de petits stands de rue, qui proposent grillades et brochettes de poissons et de fruits de mer. Momo est à deux doigts de tourner de l’oeil !


Une fois sortis du marché, nous nous dirigeons vers Gamcheon, une petite ville du grand Busan. C’est un mélange curieux et inattendu de Valparaiso (Chili) et de la Comuna 13 (Medellin), à la sauce asiatique ! Il est amusant de se perdre dans les rues de ce village, situé à seulement quatre kilomètres de notre auberge. Mieux vaut éviter la rue principale, qui est bien trop touristique à mon goût. En s’enfonçant dans les allées, on se retrouve au calme. Toutefois, il faut avoir les cuisses solides ou vouloir muscler son fessier !





Nous terminons notre visite de Busan par le marché aux livres.




Nous terminons la journée à l’auberge. Momo ressort le soir, pour découvrir Busan de nuit.


Mercredi 8 mai – Comme c’est souvent le cas depuis quelque temps, et principalement lorsque nous visitons des villes, la motivation et l’engouement ne sont plus les mêmes le deuxième jour. Hier, nous avions prévu que la journée d’aujourd’hui serait consacrée à la visite du temple d’Haedong Yonggung. Ce n’était pas tant le monument en lui-même qui nous attirait, mais le fait qu’il surplombe la mer. Ce n’est pas si commun. Toutefois, nous n’irons pas. Nous craignons que le jeu n’en vaille pas la chandelle, qu’il faille faire plus d’une heure de transport pour pas grand-chose. La fainéantise, ou la sagesse, l’emportent. Désormais, c’est certain, la journée sera calme.


Nous décidons malgré tout de retourner au Lotte Mart, afin de monter sur la plateforme située au sommet de la tour. Elle offre une vue panoramique sur la ville. Le paysage urbain est intéressant. Depuis le promontoire, il est possible de voir le port de pêche, le port de plaisance et une partie du port de commerce de Busan. Il ne faut pas oublier que Busan est le sixième plus grand port à conteneurs du monde, derrière quatre ports chinois, dont Shanghai et Shenzhen, et le port de Singapour.



Jeudi 9 mai – Nous prenons l’avion pour Osaka, en milieu d’après-midi. Nous avions prévu de nous rendre au bord de la mer, pour découvrir les plages de Busan. Momo part en repérage en footing. Il revient, déçu. La plage n’a, selon lui, aucun intérêt. Les environs sont bétonnés et la vue sur de gros bateaux de pêche ne font pas de ce site une plage paradisiaque. Elle est probablement très agréable lorsque l’on vit à l’année à Busan, et que l’on peut s’y détendre et s’y rafraîchir en fin de semaine. Toutefois, dans le cadre d’un tour du monde, elle ne fait pas le poids !


Deuxième étape de notre périple asiatique : le Japon :)


5) Quel budget pour 3 jours à Busan en famille?


Taux de change : 1 euro = 1293 wons.


Hébergement : Busan Pop corn hostel Nam po : 85 euros pour 3 nuits, chambre avec deux lits superposés, cuisine et sanitaires communs, wifi.


Nourriture : 110 euros, dont un barbecue coréen à 30 euros.


Transports (17,67 euros) : Train Ulsan-Busan : 8, 50 euros ; Recharge T-Money : 7 euros (c’était beaucoup trop) ; Trajet pour l’aéroport : 2,17 euros.


Total : 212,67 euros.


An-nyeong-hi ga-se-yo! :)


Si cet article vous a plu, likez, commentez, partagez ! Suivez-nous sur Instagram !


Nos vidéos

Notre itinéraire en cartes

Nos récits de voyage


Vous pouvez lire également :


Le bilan à J + 7

Comment gérer les coups de blues en voyage ?

Un tour du monde ne rime pas avec « vacances »

Comment ne pas prendre (trop) de poids durant un tour du monde en famille ?

Bilan de notre organisation après quatre mois de voyage en famille en Amérique du Sud

Finalement, voyager, ça sert à quoi ?

Notre tour du monde en famille en 10 listes !

Voyager en famille en Amérique latine en mode routard

Organiser un road-trip en famille dans le grand Ouest américain

Passer une semaine en famille aux Iles Cook

Organiser un road-trip en famille en Nouvelle-Zélande

Voyager sac au dos en famille en Corée du Sud

Le carnet de voyage d’Eylia

POSTS RÉCENTS :
PAR TAGS :
Pas encore de mots-clés.
Nous suivre

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • Facebook Vintage Stamp
  • Twitter Vintage Stamp
  • Instagram Vintage Stamp
Nous trouver