Huanchaco – Pérou (1-5 novembre)


Enfin un peu de repos ! Nous avons décidé de nous octroyer quelques jours de détente dans une petite station balnéaire, Huanchaco, où les habitants de Trujillo, d’autres Péruviens et quelques étrangers viennent passer leur week-end ou leurs vacances.


Quelques jours sous le soleil, sans visite – ou presque, sans déplacements, sans contraintes horaires. Finalement, le voyage, c’est aussi du boulot !


À quoi ressemblent quatre jours de vacances pour des voyageurs ? Quels sont les ingrédients indispensables pour réussir ses vacances durant un tour du monde en famille ?




Les ingrédients du bonheur !


1) Le soleil


Bizarrement, nous sommes comme tout le monde, et vivre en short, débardeur et tongs du matin au soir nous a transformés !


À Huanchaco, ni chaleur torride ni ciel au bleu azur. Toutefois, les nombreuses éclaircies et la douceur des lieux a suffi à nous requinquer.


2) La mer


En matière de destinations de vacances, on a tous des goûts différents. Toutefois, il est un décor qui symbolise, quoique l’on en dise, le lieu de détente parfait : la plage paradisiaque.


Le Pérou n’est pas vraiment réputé pour ses plages. On comprend pourquoi. Ne cherchons pas à vous mentir, Huanchaco n’a rien d’enchanteur. Pas de sable blanc et fin, mais du sable épais et gris. Pas de cocotier, mais des palmiers aux silhouettes dissymétriques. Pas de mer transparente et calme, mais un océan dont on ne voit pas le fond et qui n’a de pacifique que le nom.


Toutefois, après un mois et demi sans tremper le petit orteil dans de l’eau salée, tout nous convenait. C’était notre petit paradis à nous !



3) L’absence de planning


Je ne suis pas de celles qui savent ne rien faire. Si je suis désoeuvrée, je sombre… Et, pourtant, c’est bien cela, les vacances. Arrêter de courir après le temps, de démultiplier les tâches.


Ces quelques jours ont été placés sous le signe de la détente. Halte à la boulimie de découverte, place au repos. Durant notre séjour à Huanchaco, nous n’avons même pas fait l’effort d’aller visiter Trujillo, située à seulement une petite dizaine de kilomètres.


Nous nous sommes contentés d’un rapide passage sur le site voisin de Chan Chan, capitale en adobe de la civilisation chimu, qui connut ses heures de gloire aux XIIe-XVe siècles.



Pour le reste : plage, lecture, écriture, jeux, discussions, balades et sport, etc.


4) Un hostal agréable


Pour se détendre et ne rien faire, mieux vaut se sentir bien chez soi. L’objectif premier en arrivant à Huanchaco était de trouver la perle des auberges. Je ne sais pas si ce fut le cas. Il est difficile de comparer. Toutefois, le Nirvana Hostel répondait à nos critères : quatre lits, des sanitaires privatifs, une cuisine commune, une grande salle de vie, une jolie terrasse ombragée, l’océan à quelques mètres, le centre facilement accessible, le calme, et tout cela à un tarif imbattable !


5) Des copains pour passer de bons moments


Dès notre arrivée à l’auberge de Huanchaco, nous avons eu la chance de rencontrer des Français très sympas. Ils n’avaient pas d’enfants, mais Eylia et Auden ont bien accrochés, au point que ce dernier ne voulait plus les lâcher !


Les Français avaient le même rythme que nous. Par conséquent, nous nous sommes souvent retrouvés ensemble à l’auberge. Cela nous a fait beaucoup de bien de pouvoir nous détendre le soir, prendre l’apéritif, discuter et partager un bon repas la veille du départ.


6) De bons repas


De bonnes vacances passent aussi par de la bonne chair. La côte nord pacifique du Pérou est réputée pour son ceviche. Un vrai régal ! J’en ai profité pour rattraper mon retard dans la découverte des spécialités culinaires péruviennes : picarones (beignets sucrés au miel), anticuchos (brochettes de viande) et papas rellenas (pomme de terre fourrée à la viande et cuite en beignet).


7) Un village calme et animé, sans trop de touristes


Après l’expérience que nous avons eu au Sud du Pérou, nous étions en quête de destinations qui ne figuraient pas sur le tableau de chasse des touristes étrangers. Déjà, à Lima, nous avons eu le plaisir de nous balader sans croiser un touriste à chaque coin de rue, même dans les endroits les plus connus. Barranca, non plus, n’est clairement pas une ville touristique ! C’était très dépaysant.


Huanchaco est une destination prisée des Péruviens et d’étrangers latinos du coin. On trouve des touristes occidentaux venus tester les vagues du Pacifique, mais la proportion reste maigre. Peut-être parce que nous étions hors saison.



C’est tellement agréable de pouvoir profiter de l’animation de la ville, sans entendre parler Anglais ou Français à tous les coins de rue. On a le sentiment de vivre à la péruvienne. Le dimanche, nous sommes allés à la plage dans l’après-midi. Les Péruviens de Huanchaco et de Trujillo sont là, rassemblés en famille ou entre amis. Ils regardent les enfants jouer, en dégustant des picarones et des gelatinas. Nous étions les seuls étrangers.


Les rues parallèles à l’avenue qui longe la plage sont agréables : calmes, fleuries, sans prétention. Il fait bon s’y promener et aller faire ses courses dans le petit marché central.



Seul bémol : la pollution. La plage est sale, les rues sont sales, les gens ne respectent pas l’environnement. Les Péruviens jettent allègrement tout ce qui leur passe entre les mains, et cela ne dérange personne. Le dernier jour, un homme est sorti d’un taxi. En posant le pied-à-terre, il en a profité pour se délester de son assiette et de ses couverts en plastique. Sans pitié. Mettons cela sur le compte d’un manque d’éducation à la protection de l’environnement. Mais ça fait mal au cœur…


Le tableau que j’ai dressé de Huanchaco n'est guère flatteur. Pourtant, nous avons adoré cet endroit ! Je crois que le fait qu’il y ait peu de touristes étrangers et que les lieux soient authentiques nous a plu.


Quel budget pour quatre jours à Huanchaco ?


Taux de change : 1 euro = 3,82 soles


Hébergement


Nirvana Hostel : 58 euros pour 4 nuits : 2 lits superposés, 1 lit simple, sanitaires privatifs, cuisine commune, wifi aléatoire, 200 m de la mer, 500 m du centre, roof-top.


Nourriture : 116 euros


  • Marché : 61 euros

  • Epicerie : 20 euros.

  • Comedors : 35 euros pour 2 repas


Transports : 52,45 euros

  • Car Barranca-Trujillo : 42 euros avec Etersa (Erick le rouge). Vraiment pourri ! Mais au moins, il y a des toilettes (ignobles).

  • Taxi de Trujillo à Huanchaco : 4,45 euros.

  • Bus pour Chan Chan : 2 euros.

  • Taxi Huanchaco-Trujillo : 4 euros


Activités


Entrée Chan Chan : 5,76 euros. Les enfants ne paient pas.


Total : 232,21 euros pour 4 jours



Les meilleures choses ont une fin. Après ces quelques jours de détente, nous enfilons à nouveau nos tenues de voyageurs et reprenons la route. C’est parti pour un trajet de nuit, direction Chachapoyas, histoire de dire au revoir à la montagne péruvienne.


Hasta pronto !

Si cet article vous a plu, likez, commentez, partagez !

Suivez-nous sur Instagram !

Vous pouvez lire également :


Organiser un tour du monde en famille :


Quel(s) moyen(s) de transport pour un voyage en famille autour du monde ?

Quel pays choisir pour faire un tour du monde avec ses enfants ?

Quels bagages pour un tour du monde en famille ? | Notre organisation

Quels vaccins pour un tour du monde en famille ? | Notre choix

Quel budget pour un tour du monde en famille ? | Notre budget prévisionnel

Comment "faire l'école" durant un tour du monde en famille | 5 options possibles

L'école durant notre tour du monde en mode routard | Mon plan de bataille !

Quels jeux emporter pour un tour du monde en mode routard avec ses enfants ? | Mes 5 choix

La trousse à pharmacie de notre tour du monde en famille

Le contenu des bagages de notre famille en voyage autour du monde | La liste définitive

Organiser un tour du monde en mode routard | Les étapes que nous avons suivies

Le bilan à J + 7


Réflexion autour du voyage :


Faire un tour du monde en famille | La décision

Êtes-vous prêt pour faire un tour du monde en famille ? | Le questionnaire

Pourquoi voyager ? Et si le voyage pouvait donner un sens à la vie ?

Quel est le bilan carbone d'un tour du monde en famille ? | Notre calcul

Ma liste bleue | Les 11 choses qui me font rêver lorsque je pense à notre tour du monde

Ma liste noire | Les 11 choses que je redoute lorsque je pense à notre tour du monde

Ma liste rouge | Les 11 choses que j'essaierai de ne pas faire durant notre tour du monde

Le couple et soi durant un tour du monde | Mes appréhensions

Je suis une aventurière ! Mais qu’est-ce que l’aventure ?

Mon état d’esprit à J – 8

Le départ pour le tour du monde

Le bilan à J + 7

Comment gérer les coups de blues en voyage ?


Famille et voyage :


Pourquoi voyager en famille autour du monde ? | Nos motivations

Quel est l'âge idéal des enfants pour faire un tour du monde en famille | Notre choix

Le couple et soi durant un tour du monde | Mes appréhensions


Récits de voyage :


Le départ pour le tour du monde

Santiago et Valparaiso, Chili

La Serena, Chili

San Pedro de Atacama, Chili

Le bilan du Chili

Salta, Argentine

Nord-ouest argentin

Tupiza, Bolivie

Sud Lipez et Salar d’Uyuni, Bolivie

Potosi - Bolivie

Sucre - Bolivie

Aiquile et Cochabamba - Bolivie

La Paz - Bolivie

Lac Titicaca – Bolivie, Pérou

Bilan de la Bolivie

Cusco et la vallée sacrée - Pérou

Huacachina et Paracas - Pérou

Lima, Barranca et Caral - Pérou


Les p'tits routards :


Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 1 (fiction écrite par Eylia)

Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 2

Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 3 (en Argentine)

Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 4 (en Bolivie)

Le carnet de voyage d’Eylia

POSTS RÉCENTS :
PAR TAGS :
Pas encore de mots-clés.
Nous suivre

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • Facebook Vintage Stamp
  • Twitter Vintage Stamp
  • Instagram Vintage Stamp
Nous trouver