Latacunga et ses environs (Quilotoa, Cotopaxi) – Equateur (26-29 novembre)


Nous quittons Baños et laissons derrière nous notre excursion en Amazonie.


Le Tungurahua nous ayant fait faux-bond, nous faisons route vers Latacunga pour découvrir le Quilotoa et le Cotopaxi, deux célèbres volcans équatoriens.


Encore de nouveaux joyaux que recèle l’Equateur !



Récit de nos trois jours à Latacunga


1) Le trajet Baños-Latacunga


Lundi 26 novembre – Une fois le petit-déjeuner pris, nous nous dirigeons vers le terminal de bus de Baños. Coup de chance : un car part dans cinq minutes.


Le trajet pour Latacunga est relativement court. En deux heures, nous y sommes. Le car nous laisse au bord de la Panaméricaine. Nous trouvons rapidement un taxi qui nous conduit à l'Hostal Central, que nous avions repéré. Tout se goupille bien.


La gérante est adorable. C’est une Palestinienne venue en Equateur il y a plus de cinquante ans. Elle se comporte comme une grand-mère et nous couvre de gentilles attentions. Sa fille et son petit-fils, Amir, vivent avec elle et son mari, comme c’est souvent le cas dans les hôtels sud-américains.


2) Latacunga


Entourée de volcans, Latacunga est une commune de près de 60 000 habitants, située à 2 760 m d’altitude, dans la province du Cotopaxi.


La ville en elle-même n’a rien d’exceptionnel : quelques jolies places, de petites rues piétonnes, des quartiers plus populaires, un grand marché couvert, un mirador, un plat typique (le Chugchucarra), etc.




Pourquoi s’y arrêter ? Parce qu’elle est le point de départ idéal pour se rendre à la lagune du Quilotoa et au Cotopaxi.


3) La lagune du Quilotoa


Mardi 27 novembre - Agé de 40 000 ans, le Quilotoa est un volcan actif qui culmine à près de 4 000 m. Le cratère est empli d’eau.


Pour se rendre à la lagune, nous choisissons de prendre un taxi. Il nous y conduit pour 50 dollars, à deux heures de route et nous attend. Départ 8 h 30. La route est superbe.







Lorsque l’on arrive sur le site, le changement est radical pour Momo. Douze ans auparavant, il n’y avait qu’une ou deux maisons. Désormais, c’est un nouveau Disney Land qui se construit…


La lagune est impressionnante. Les couleurs ne sont pas aussi vives que celles des lagunes du Sud-Lipez, toutefois, le cadre est original. C’est la première fois que nous voyons une lagune située dans un cratère.


Nous avons de la chance. Le ciel, bien que gris, est suffisamment dégagé pour apprécier le paysage. Nous pique-niquons en haut de la lagune et rebroussons chemin.



4) Le Cotopaxi


Mercredi 28 novembre - Le Cotopaxi est plus proche de Latacunga que ne l’était le Quilotoa. Le premier est un volcan à 5 897 m. Il figure sur le drapeau équatorien.


Pourquoi s’intéresser à ce volcan plus qu’à un autre ? Il est connu pour sa forme conique parfaite. Les neiges éternelles lui donnent, par ailleurs, une fière allure.


Nous reprenons le même taxi que la veille. Cette fois-ci, il nous faut partir de l’hôtel à 7 h, si nous voulons espérer voir le volcan dégagé. Sur le trottoir, en attendant le chauffeur, nous apercevons au loin le volcan Tungurahua. Aucun nuage de l’entoure, alors qu’à Baños, nous n’en avions vu que la base. C’est plutôt bon signe pour le Cotopaxi.


Le trajet pour se rendre au Cotopaxi ne prend qu’une quarantaine de minutes. Nous le voyons tout le long. Il est parfaitement dégagé. Quelle chance ! Toutefois, j’invite Momo a prendre des photos sur la route, car je crains que cette fenêtre sans nuages ne dure qu’un temps.


Cela ne rate pas. Au fur et à mesure que nous approchons, la couverture nuageuse tombe et recouvre petit à petit le volcan. Une fois sur le site, nous apprenons que nous ne pouvons nous diriger vers le volcan sans guide. Du fait que nous soyons accompagné d’un taxi laisse penser que celui-ci ferait office de. Nous décidons malgré tout de nous engager à pied sur quelques mètres et de marcher en sa direction. Peut-être se libérera-t-il de ses cumulo-nimbus quelques minutes ?


Nous ne le verrons pas entièrement découvert, mais l’attente aura été bénéfique. Satisfaits, nous repartons pour Latacunga.


D'autres volcans sont également visibles du site, comme l'Illiniza.





Et les enfants ?


Ces quelques jours à Latacunga auront été sous le signe des volcans. En dehors du Licancambur, les enfants n’en ont pas vu. Cela change un peu.


Sur le plan de l'école, nous en profitons pour modifier notre façon de fonctionner. Eylia a déjà fait le tour, une première fois, de son programme. Désormais, elle travaillera davantage en autonomie, sur des fiches téléchargées. Jusqu’à présent, nous avions beaucoup appréhendé les notions à l’oral et en situation réelle. Il est temps de changer. Je crois que cette nouvelle façon de procéder lui convient bien.


Du côté d’Auden, nous allons morceler les temps d’apprentissage. Il peine souvent à se concentrer. Il travaillera donc moins longtemps que ça sœur, mais à des moments différents de la journée.


Dans l’hôtel dans lequel nous étions, Auden a fait des siennes… Le premier jour, il inonde le lit de notre chambre en renversant une bouteille. Bilan : on nous change de chambre. Le deuxième jour, il casse un vase en jouant au voleur et au policier avec le petits-fils de la gérante. Sympa, celle-ci n’a rien dit. Le troisième jour, il séduit la gérante et obtient tout ce qu’il veut d’elle : bonbons, soupe, mangues, salade, etc. ! Le dernier jour, elle nous a même offert des bracelets, et à Eylia un petit sac à main !


Eylia aussi a bien joué avec Amir. La barrière de la langue n’a été aucunement un problème. Lorsqu’il est question de se courir après, on se comprend vite.


La dernière nuit, Auden a encore une fois été mal en point sur le plan gastrique. Toutefois, il était sur pied en quelques heures. Cela nous a permis de ne pas différer notre départ pour Quito.


Trucs et astuces du voyageur à Latacunga


  • Eau : la gérante m’a dit qu’elle était potable, mais je n’ai pas souhaité tenter.

  • Commerces : j’ai fait l’essentiel de mes courses au marché couvert. La gérante de l’hôtel m’a dit que le supermarché Tia était moins cher. Je n’en suis pas sûre. Nous avons mangé trois jours avec 17 euros. Le reste n’est que bricoles pour le goûter ou le petit-déjeuner, qui aurait pu être achetées pour moins cher. Par ailleurs, pour acheter des vêtements ou des chaussures, mieux vaut se rendre au centre commercial El Salto (qui est en réalité un marché), plutôt qu’au centre commercial périphérique qui propose des produits à des tarifs exorbitants.

  • Cars : comme partout en Equateur, les cars partent à toute heure.

  • Chugchucarra : c’est le plat typique de Latacunga. Il s’agit d’une grande assiette, garnie de choclo (gros grains de maïs blanc), maïs grillé, pop corn, peau de cochon grillée, viande de porc marinée, bananes plantains frites, d’empanadas, de pommes de terre, de frites, etc. Il existe plusieurs rues entières où s’alignent les comedors qui proposent ce plat. Nous sommes allés chez Mama Negra sur Quijando y Ordonez. C’est plus cher que les autres, mais le cadre est très joli. Nous avons pris une assiette familiale à 12 dollars pour nous quatre.

Quel budget pour 3 jours à Latacunga avec 2 enfants ?


Taux de change : 1 euro = 1,14 dollars


Hébergement (79 euros)

Hostal Central : 79 euros, 3 nuits, 1 lit double et 2 lits simples, sanitaires privatifs, cuisine commune, wifi faible, gérante adorable.


Nourriture (59 euros)

Marché : 16,50 euros Epicerie et boulangerie : 30 euros Comedor pour un plat familial de Chugchucarra : 12,5 euros.


Transports (78,20 euros)


  • Car Baños-Latacunga : 8 euros, 2 h, 83 km, Compagnie Amazonas, correct, pas de toilettes.

  • Taxi pour l’hostal : 3,50 euros ;

  • Taxi pour la lagune du Quilotoa : 43,50 euros ;

  • Taxi pour le Cotopaxi : 22 euros ;

  • Taxi pour le terminal de Latacunga : 1,20 euros.

Activités (1,75 euros)

Entrée Lagune Quilotoa : 1,75 euros par voiture.


Total : 218 euros

Après Latacunga, direction Quito. Nous ne savons pas encore combien de temps nous y resterons. Momo connaît bien, puisque il y a vécu deux mois, il y a douze ans. Moi, j’ignore si cette ville gigantesque me séduira. J’ai davantage envie de nature, en ce moment. Nous verrons bien.


Hasta pronto !


Si cet article vous a plu, likez, commentez, partagez !


Suivez-nous sur Instagram !


Vous pouvez lire également :


Organiser un tour du monde en famille


Quel(s) moyen(s) de transport pour un voyage en famille autour du monde ?

Quel pays choisir pour faire un tour du monde avec ses enfants ?

Quels bagages pour un tour du monde en famille ? | Notre organisation

Quels vaccins pour un tour du monde en famille ? | Notre choix

Quel budget pour un tour du monde en famille ? | Notre budget prévisionnel

Comment "faire l'école" durant un tour du monde en famille | 5 options possibles

L'école durant notre tour du monde en mode routard | Mon plan de bataille !

Quels jeux emporter pour un tour du monde en mode routard avec ses enfants ? | Mes 5 choix

La trousse à pharmacie de notre tour du monde en famille

Le contenu des bagages de notre famille en voyage autour du monde | La liste définitive

Organiser un tour du monde en mode routard | Les étapes que nous avons suivies

Le bilan à J + 7


Réflexion autour du voyage


Faire un tour du monde en famille | La décision

Êtes-vous prêt pour faire un tour du monde en famille ? | Le questionnaire

Pourquoi voyager ? Et si le voyage pouvait donner un sens à la vie ?

Quel est le bilan carbone d'un tour du monde en famille ? | Notre calcul

Ma liste bleue | Les 11 choses qui me font rêver lorsque je pense à notre tour du monde

Ma liste noire | Les 11 choses que je redoute lorsque je pense à notre tour du monde

Ma liste rouge | Les 11 choses que j'essaierai de ne pas faire durant notre tour du monde

Le couple et soi durant un tour du monde | Mes appréhensions

Je suis une aventurière ! Mais qu’est-ce que l’aventure ?

Mon état d’esprit à J – 8

Le départ pour le tour du monde

Le bilan à J + 7

Comment gérer les coups de blues en voyage ?


Famille et voyage


Pourquoi voyager en famille autour du monde ? | Nos motivations

Quel est l'âge idéal des enfants pour faire un tour du monde en famille | Notre choix

Le couple et soi durant un tour du monde | Mes appréhensions


Récits de voyage


Le départ pour le tour du monde

Le bilan du Chili

Salta, Argentine

Nord-ouest argentin

Bilan de la Bolivie

Bilan de notre séjour au Pérou

Cuenca et San Pedro de Alausi - Equateur

Baños – Equateur

Amazonie – Equateur


Les p'tits routards


Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 1 (fiction écrite par Eylia)

Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 2

Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 3 (en Argentine)

Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 4 (en Bolivie)

Le tour du monde de Léa et Zaja – Chapitre 5 (au Pérou)

Le carnet de voyage d’Eylia

POSTS RÉCENTS :
PAR TAGS :
Pas encore de mots-clés.
Nous suivre

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • Facebook Vintage Stamp
  • Twitter Vintage Stamp
  • Instagram Vintage Stamp
Nous trouver