Séoul en famille - Corée du Sud (26-29 avril)

Nous débutons notre voyage en famille en Corée du Sud par la découverte de Séoul. Nous ne raffolons pas des grandes métropoles. Toutefois, je trouve qu’en Asie de l’Est, elles font partie intégrante de l’imaginaire de l’étranger qui débarque dans ces pays modernes de la côte orientale asiatique.


Commencer par Séoul est aussi une façon de débuter notre périple coréen sans être trop violemment dépaysés !


Allez, première étape de la partie asiatique de notre tour du monde !


Paysage improbable dans la capitale d'un pays comme la Corée du Sud !

1) Séoul en quelques mots


Séoul est la capitale de la Corée du Sud. Située au nord-est du pays, non loin de la zone démilitarisée, elle compte une dizaine de millions d’habitants, soit un cinquième de la population sud-coréenne. Si l’on prend en compte son agglomération, Séoul est la troisième ville la plus peuplée du monde, après Tokyo et Mexico, et la quatrième plus riche.


Séoul est assez plaisante à visiter. M’attendant à bien pire, je ne l’ai pas trouvée étouffante. Il y en a pour tous les goûts : du moderne, de l’ancien, du branché, du poétique, du sensationnel, du traditionnel, de l’insolite, du touristique, etc. Nous avons apprécié Séoul, parce qu’elle nous a surpris. Nous l’avons trouvée verte, aérée, à la fois dynamique et paisible.


En arrivant à Séoul, nous voulions un bon gros shoot de temples, de petits quartiers typiques, de nouilles, de sushis, de baguettes et de futons ! Bref, nous voulions nous sentir en Asie, mais une Asie traditionnelle. Une fois lassés de tout cela, nous savions que la modernité, nous la trouverions à Tokyo !


2) Se déplacer à Séoul


Il est simplissime de se déplacer à Séoul. En sortant de l’aéroport, nous ne peinons pas à trouver la ligne qui nous intéresse. Il s’agit d’une sorte de TER qui nous conduit dans le cœur de Séoul, où il nous faudra prendre le métro. Le ticket que l’on achète nous permet de combiner TER et métro, jusqu’à ce que l’on sorte. Nous achetons tout de même notre carte T-Money, mais nous ne l’utiliserons que demain.


La carte T-Money est très utile. Valable sur tout le territoire, elle permet de se déplacer en bus et en métro, une fois rechargée. Elle fait également office de carte de paiement dans les convenience stores (7/11, GS 25, CU, etc.).


Un Sud-Coréen qui baragouine à peine l’anglais s’efforce de nous expliquer comment recharger notre carte. Il quitte la caisse de son 7/11, nous guide jusqu’à l’automate, en claquettes, tranquillement ! N’empêche que sans lui, la tâche aurait été moins aisée !


Une fois installés dans le train, nous ne pouvons nous empêcher d’observer discrètement les passagers. Les grandes règles de politesse en tête, nous briefons les enfants sur le fait qu’il est fortement inconvenant en Corée du Sud d’être bruyant dans les transports en commun. Nous constaterons plus tard, que ces beaux principes ne sont pas suivis par la plupart des habitants du pays. S’ils ne sont pas aussi exubérants que les Sud-Américains, les Sud-Coréens ne méritent pas de nous faire la leçon sur les comportements à adopter en public !


Le métro de Séoul est bien conçu. Les lignes ont une couleur et chaque station porte un numéro, en plus du nom. Par conséquent, nul besoin de connaître la langue pour s’y retrouver.


Dans les transports en commun, si les règles relatives au volume sonore ne sont pas toujours respectées, il est en revanche choquant de ne pas céder sa place à une personne âgée. De leur côté, celles-ci laissent les enfants s’asseoir. Leurs voisines de banquettes sont ravies de pouvoir les observer de plus près et leur donner des bonbons !


En dehors des transports en commun, il est évident qu’il n’y a rien de mieux que de marcher pour découvrir une ville. C’est ce que nous faisons, tant que les distances restent raisonnables. Parcourir près de trente kilomètres en trois jours ne nous fait plus peur !


3) Notre logement à Séoul


Nous devions loger dans une auberge de jeunesse, située au Nord du Namsan Park, près de la station Chungmuro. Le gérant a pitié de nous, et surtout de ses autres clients, et nous propose un petit studio, juste à côté. On prend ! Nous sommes totalement autonomes et bénéficions tout de même du petit-déjeuner compris.


Le studio n’a rien de typique, mais nous convient tout à fait. Seul bémol : aucun rideau aux fenêtres ! Oh non ! Nous revivons notre cauchemar d’Amérique latine ! Nous nous étions réhabitués au luxe, durant notre road-trip en famille dans le grand Ouest américain et en Nouvelle-Zélande… Il y avait souvent d’épais rideaux aux fenêtres. Demain, avec Auden, nous risquons d’être réveillés aux aurores, d’autant que nous sommes au lit à 19 h, épuisés par le vol de nuit.


4) Nos trois jours en famille à Séoul


Samedi 27 avril – Je ne m’étais pas trompée. Auden nous sort du lit à 5 h, avec le lever du soleil ! Bon, et bien autant en profiter pour visiter Séoul de bon matin. Momo et les enfants vont prendre leur petit-déjeuner à l’auberge, tandis que je publie mes premiers articles sur le grand-Ouest américain. J’ai du retard...


Nous quittons le studio à 7 h 30. Les rues sont désertes. Notre quartier est agréable. Il n’a rien de particulièrement esthétique. Toutefois, nous nous y sentons bien. Tout est paisible.


Nous commençons notre découverte de la capitale par le Jongmyo Shrine. Dommage, le parc est fermé. Visiblement, les Sud-Coréens ne sont pas des lève-tôt. Nous nous dirigeons vers la Cheonggyecheon River, qui traverse Séoul. C’est tellement agréable ! Le cours d’eau est encaissé et ses rives sont aménagées. On se croirait à la campagne, en pleine capitale ! J’exagère un peu, mais à peine. J’adore ! Il est possible de la traverser en sautant sur de grosses pierres. Les enfants sont aux anges.


Il est temps de retourner vers le parc. Nous rebroussons chemin, ravis par cette petite escapade au bord de l’eau. Nous achetons notre pass pour les Royal Palaces et entrons. Nous sommes les premiers à pénétrer sur le site, ou presque. Le parc du temple est paisible, relaxant. Fleuri et entretenu avec goût, on s’y sent particulièrement bien.




Nous découvrons nos premiers édifices traditionnels. Le sanctuaire de Jongmyo serait le plus ancien sanctuaire royal confucéen. Construit en 1394, il est associé à la dynastie Joseon. Aujourd’hui, on y pratique encore la cérémonie du Jongmyo Jaerye, en mémoire des rois et reines défunts.



Nous poursuivons notre balade par la visite de deux des palais édifiés par les rois de la dynastie Joseon. Le premier est celui de Changgyeonggung. Ce dernier date du début du XVe siècle.




Autre site, celui du palais de Changdeokgung


Le Secret Garden du palais


Nous quittons ces superbes parcs pour déguster notre premier repas de raviolis à la vapeur au kimchi ou à la crevette. Délicieux ! Les enfants sont conquis.


Raviolis au kimchi

Nous nous baladons dans un quartier de hanoks, c’est-à-dire de maisons traditionnelles. Ces demeures sont magnifiques, les ruelles, adorables. Pas un touriste à l’horizon, ou presque !



Nous traversons l’artère principale du quartier où nous nous situons et passons du paradis à l’enfer : des touristes tous les centimètres, affublés d’un costume traditionnel ridicule qu’ils ont loué dans un magasin de quartier. Les hanoks en perdent leur charme. Nous arrêtons là notre balade. Je plains les habitants de ce quartier. Ce doit être insupportable de vivre dans ces conditions. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on croise des personnes chargées de faire la police, pour inviter les touristes à visiter les rues en silence. C’est peine perdue… Eylia se fait alpaguer à deux reprises pour être prise en photo. Nous sommes au zoo ! Consolons-nous avec une glace au thé vert.


Dernière visite de la journée : le palais de Gyeonbokgung.



Nous avons bien mérité une bonne nuit de sommeil, après une balade de seize kilomètres, suivie d’une heure d’école !


Après quelques recherches sur Internet, je découvre que nous visitons actuellement la Corée du Sud durant le festival de la culture. Je comprends mieux pourquoi les parcs se sont remplis en cours de journée. Et puis, nous sommes samedi. Je crains que demain ce ne soit pire. Heureusement, nous avons déjà visité l’essentiel des palais accessibles grâce à notre pass. Demain, nous serons moins gourmands.



Dimanche 28 avril – Réveil : 6 h ! Wouhou ! On progresse ! Cette fois-ci, nous ne nous pressons pas. Je commence par l’école et nous entamons notre journée de visite sur les coups de 11 h du matin.


Nous commençons par marcher dans un petit parc, situé non loin de chez nous, puis nous dirigeons vers le quartier de Myeong-Dong, afin de tester la street food sud-coréenne.



Malheureusement, le marché ne prend vie qu’à partir de 13 ou 14 h. C’est trop tardif pour les enfants. Si nous ne les nourrissons pas rapidement, ils risquent de se transformer en démons. Et moi aussi ! Nous achetons un nouveau pantalon à Auden, qui s’est ouvert le sien, la veille, en tombant dans le parc du sanctuaire, et fonçons dans le premier boui-boui dans le coin.


Nous entrons dans le seul établissement ouvert et dont les tarifs restent en accord avec notre budget. Tout est écrit en coréen. Un ou deux mots en anglais nous aident à faire le tri dans les mets indiqués sur la carte. Nous redoutons de tomber sur quelque chose d’infâme, mais c’est le jeu ! Quelques minutes plus tard, la serveuse nous apporte les premiers plats. Oui, en Corée du Sud, le plat principal est souvent accompagné de banchan, un ensemble de petites assiettes d’accompagnements (légumes, tofu, soja, etc.), dont le célèbre kimchi (chou à la sauce pimentée). Tout est très épicé, mais nous survivons.


Une fois sortis, nous poursuivons et terminons notre balade par la visite du palais Deoksugung.



Avant de rentrer dans l’enceinte de ce dernier, nous goûtons à deux desserts de rue : un gyeranppang (gâteau à l’oeuf sucré) et un bungeoppang (beignet en forme de poisson, fourré à la pâte de haricots rouges sucrée). Délicieux ! Auden et Eylia adorent le premier, raffolent moins du deuxième. Moi, je garde dans un petit coin de ma tête cette idée des légumineuses à travailler en dessert.


Les gyeranppang

Le festival de la culture nous permet d’assister à un spectacle.



Il est temps de rentrer. J’ai bien moins d’énergie qu’hier. Les enfants seront heureux de jouer un peu au studio. L’école est faite, nous sommes tranquilles. Je passe faire quelques courses et rapporte une conserve de vers à soie. C’est particulier, mais ce n’est pas mauvais. Ça a un petit goût de crabe, mais c’est un peu trop salé. Tout le monde y goûte et Auden se ressert à plusieurs reprises !


Momo retourne dans le quartier de Myeon-Dong, de nuit.






Nous quittons la capitale pour une métropole de province, Andong. Cette étape nous permettra de visiter le petit village d’Hahoe.


5) Trucs et astuces du voyageur à Séoul

  • Eau du robinet : potable ;

  • Transports en commun : utiliser la carte T-Money. Gratuit pour les enfants de moins de six ans ;

  • Palais royaux : acheter le pass Royal Palaces, qui permet de visiter quatre palais et un sanctuaire.


6) Quel budget pour trois jours en famille à Séoul


Taux de change : 1 euro = 1 293 wons.


Hébergement : Come on guesthouse, 147 euros pour trois nuits, studio tout équipé, deux lits superposés, petit-déjeuner compris, wifi, près de la station de métro Chungmuro.


Nourriture : 95 euros, soit moins de 33 euros par jour, en moyenne.


Transports : 35,50 euros

  • Trajet aéroport-Séoul : 8,50 euros ;

  • Carte T-Money : 9 euros. Gratuit pour les enfants de moins de 6 ans. Demi-tarif pour les autres.

  • Recharge T-Money : 18 euros, mais c’est trop pour visiter uniquement Séoul.

Activités : 15,50 euros de pass Royal Palaces. Gratuit pour les enfants de moins de 7 ans.


Total : 293 euros, soit 97,60 euros par jour, en moyenne.


An-nyeong-hi ga-se-yo! :)


Si cet article vous a plu, likez, commentez, partagez ! Suivez-nous sur Instagram !


Nos vidéos

Notre itinéraire en cartes

Nos récits de voyage


Vous pouvez lire également :


Le bilan à J + 7

Comment gérer les coups de blues en voyage ?

Un tour du monde ne rime pas avec « vacances »

Comment ne pas prendre (trop) de poids durant un tour du monde en famille ?

Bilan de notre organisation après quatre mois de voyage en famille en Amérique du Sud

Finalement, voyager, ça sert à quoi ?

Notre tour du monde en famille en 10 listes !

Voyager en famille en Amérique latine en mode routard

Organiser un road-trip en famille dans le grand Ouest américain

Passer une semaine en famille aux Iles Cook

Organiser un road-trip en famille en Nouvelle-Zélande

Le carnet de voyage d’Eylia

POSTS RÉCENTS :
PAR TAGS :
Pas encore de mots-clés.
Nous suivre

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • Facebook Vintage Stamp
  • Twitter Vintage Stamp
  • Instagram Vintage Stamp
Nous trouver