Voyager en famille au Japon (9-26 mai)



Ah, voyager au Japon ! C’était un de mes rêves. Ce pays, comme la Corée du Sud, ne faisait pas partie de notre itinéraire prévisionnel. Une bonne gestion de notre budget nous a permis, en cours de route, de l’inscrire sur la liste de nos destinations.


Ce séjour au Japon ne sera pas notre coup de cœur du tour du monde. Peut-être l’idéalisions-nous ? Peut-être avions-nous une image qui ne correspond pas à la réalité ?


Je vous explique...


1) Quelques infos sur le Japon


Le Japon, on ne le présente plus. C’est la raison pour laquelle je ne m’étendrai pas sur le sujet. Fort de ses 127 millions d’habitants, dont un tiers dans l’agglomération de Tokyo, sa capitale, le pays compte autant de bouddhistes que de shintos. Le Japon est une monarchie constitutionnelle, dirigée par l’empereur Nahurito. Troisième puissance économique mondiale, le pays détient également des records de pollution et d’exposition aux risques sismiques.


2) Mon ressenti après 17 jours au Japon : entre

séduction et déception


Dans le cadre d’un tour du monde en famille, si le contact avec les habitants est important, on recherche aussi la diversité, on espère être surpris, impressionné, subjugué. Pour nous, le Japon était le pays de l’ultra-modernité et de la rigueur. Nous nous attendions à baigner dans un univers où la haute-technologie se mêlait subtilement aux principes confucianistes et aux héritages bouddhiste et shinto. La tradition, nous l’avons rencontrée. En revanche, la modernité, nous la cherchons encore. Où est le pays supposé vivre cinquante ans en avance sur nous ? Est-ce un mythe ?


Nous ne sommes ni geeks ni maniaques des gadgets. C’est pour cette raison que nous pensions être sidérés par la technologie japonaise. Alors, oui, on trouve des salles de jeux d’arcade. Oui, les écrans ne manquent pas. Oui, les toilettes à jet sont amusantes. Oui, certains hôtels ont des salles de bain avec tablettes. Oui, certains quartiers de Tokyo sont modernes. Toutefois, rien d’impressionnant, rien de hors du commun. La Corée du Sud serait, en définitive, davantage branchée high tech.


Par conséquent, ayant rapidement compris que nous ne vivrions pas une expérience singulière sur le plan de la haute technologie, nous avons décidé de nous concentrer sur le culturel. Deuxième déception, à laquelle, certes, nous devions nous attendre : la foule ! Le Japon est ultra-touristique. Impossible de mettre les pieds dans un site, sans que l’on soit noyé dans une marée humaine. Nous savions que le Japon était surpeuplé.

Nous avions compris que les Asiatiques n’étaient pas les derniers à enfiler leur costume de touriste. Toutefois, nous étions loin d’imaginer qu’il était possible de visiter un monument en arrivant à peine à mettre un pied devant l’autre ! Un cauchemar !


Le temple Todai-ji de Nara. On ne se rend pas bien compte, mais il est noyé sous la foule !

Si l’ultra-modernité n’est pas au rendez-vous, si les sites touristiques sont invisitables, que reste-t-il ? La nature. Notre escapade d’une semaine en montagne nous a réconciliés avec le Japon. Cependant, les paysages du centre de l’île d’Honshu sont bien plus beaux qu’en Corée du Sud, ils ne sont pas non plus à couper le souffle.


Dernier aspect : les Japonais. Sur ce point, nous avons été partagés. Momo trouve les Japonais tristes et rigides, sans aspérités ni relief. Je comprends ce qu’il veut dire. Il est certain que, de prime abord, on ne les imagine guère faire une fiesta de cinglé jusqu’aux aurores ! Quelques-uns, peut-être, mais ce ne doit pas être la grande majorité. Leur code de conduite leur donne une apparence à peine humaine. On croit vivre dans un monde de clones. Ce n’est pas l’Amérique latine où les rues et les gens transpirent la bonne humeur ! Toutefois, je ne jugerai pas (même si c’est ce que je fais!), car nous n’avons pas côtoyé de Japonais. Je me base simplement sur ce qui se dégage des personnes que nous avons croisées, en comparaison avec ce que nous avons connu au début de notre voyage au long cours. J’ajouterai que, paradoxalement, j’ai été assez séduite par le respect, le calme, la retenue, le sentiment de sécurité qu’inspirent les lieux et les habitants. En présence Auden et Eylia, ils s’ouvrent subitement. On distingue un sourire, leurs yeux pétillent, ils tendent la main.


Je suis dure. En cette fin de tour du monde, je suis plus exigeante. Lorsque l’on visite un pays durant deux ou trois semaines de vacances, le ressenti et les attentes ne sont pas identiques à ceux d’un tourdumondiste qui compare forcément ce qu’il vit avec ce qu’il a vécu quelques semaines auparavant. Par conséquent, je ne suis pas vraiment objective. J’aurais probablement appréhendé les choses différemment dans un autre cadre.


Quoi qu’il en soit, je ne regrette pas d’être venue. Une chose est certaine, si nous devons, un jour, de nouveau voyager au Japon, nous fuirons les zones touristiques et nous concocterons un itinéraire nature.


3) Comment se déplacer au Japon pour les petits budgets ?


La question des déplacements au Japon nous a occupé l’esprit durant plusieurs semaines. Devions-nous prendre le sacro-saint JR Pass ? Ce dernier est une carte réservée uniquement aux étrangers, qui permet de se déplacer sur la quasi-intégralité du réseau de car et ferroviaire JR. D’un côté, nous avions le sentiment qu’il ne fallait pas tomber dans le panneau. D’un autre, nous étions tentés de choisir la facilité, afin de ne pas rencontrer de difficultés au cours de notre séjour. Nous ne savions pas vraiment où nous mettions les pieds.


Un jour, je m’y suis collée. J’ai détaillé l’ensemble des trajets prévus et recherché les tarifs, sans JR, pour chacun d’entre eux. Conclusion : le JR Pass n’est pas rentable. Cela ne se jouait pas à grand-chose, mais il était plus raisonnable de ne pas le prendre.


Aujourd’hui, je peux affirmer qu’il est impératif de faire son calcul en amont, car la différence n’était pas si minime. En effectuant mes premiers calculs, j’ignorais encore si Auden paierait. Par conséquent, je l’avais compté en demi-tarif. En définitive, les enfants de moins de 6 ans ne paient pas. Par conséquent, l’économie réalisée en ne prenant pas le JR Pass a dépassé nos espérances. Pour 21 jours, nous aurions payé 1205 euros et pour 14 jours, 943 euros. Dans ce dernier cas, il aurait fallu ajouter les déplacements sur trois jours, puisque nous sommes restés 17 jours. Sans JR Pass, nous avons dépensé 553 euros !


Evidemment, ce budget s’explique par le type de train dans lesquels nous avons voyagé. Point de Shinkansen. Uniquement des TER, qui sont tout à fait confortables. Toutefois, il faut savoir que les réservations sont impossibles et qu’il ne faut pas craindre d’avoir à effectuer plusieurs changements pour un seul trajet.


Au Japon, comme en Corée du Sud, il est existe une carte de transports en commun, utilisable sur tout le territoire. Nous avons acheté une carte Icoca à Osaka. À Tokyo, c’est une carte Suica. Les deux sont interchangeables. J’ignore si cela était rentable. En effet, nous nous déplacions le plus possible à pied. Par conséquent, nous utilisions assez peu la carte. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas une grosse dépense. Toutefois, il peut être intéressant de calculer cela en amont.


Le Japon est connu pour ses trains. Pourtant, le réseau routier est bien développé et le voyage en car peut-être une option tout à fait satisfaisante. Nous l’avons fait à trois reprises.


4) Quel itinéraire pour deux semaines au Japon en famille?


Puisque nous arrivions de Busan (Corée du Sud), nous avons atterri à Osaka. Nous sommes ensuite allés à Nara , à Kyoto, à Nagiso, à Takayama, à Matsumoto, à Kawaguchiko (mont Fuji), puis à Tokyo. Nous sommes restés dix-sept jours au total.


5) Où dormir au Japon pour les petits budgets ?


Nous avions un défi, nous l’avons relevé : dormir pour 60 euros de moyenne par nuit ! Nous avons démontré que de séjourner au Japon n’est pas si onéreux. Notre budget hébergement quotidien est inférieur à celui du grand Ouest américain et des Iles Cook, et dépasse de seulement dix centimes celui de la Nouvelle-Zélande.


Pour respecter ce budget, nous avons tout simplement recherché les meilleures offres sur Booking et avons réservé nos logements un mois à l’avance. Honnêtement, nous avons toujours dormi dans des conditions très correctes, voire luxueuses, exception faite de notre auberge de Tokyo.


Nous avons séjourné dans une auberge de jeunesse avec une chambre de style japonais, trois auberges de jeunesse avec lits superposés, un studio avec cuisine vaguement équipée, mais au top de la technologie, deux chambres traditionnelles japonaises dans un cadre typiquement japonais (type ryokan) et une auberge de jeunesse miteuse, avec une chambre en dortoir partagé.


Notre superbe chambre de Nagiso

Quel que soit le logement, il était toujours impératif de retirer ses chaussures dans l’entrée et d’enfiler de petits chaussons fournis par l’auberge. Autre élément récurrent : les toilettes à jet !


6) Que manger au Japon pour les petits budgets ?


Si le Japon n’a pas été à la hauteur de mes attentes sur certains plans, ce n’est pas le cas en matière de gastronomie japonaise. Entre les makis, les sushis, les sashimis, les brochettes de viande, les okonomiyakis, j’ai été comblée ! Même leurs pâtisseries au matcha (thé vert) ou leurs brochettes de poulpe, ne sont pas mauvaises !


Vu comme ça, les okonomiyakis ne font pas rêver. Mais c'est très bon !

Afin de faire des économies, nous avons cuisiné avec les produits des supermarchés japonais. Mieux vaut éviter d’acheter des produits frais dans les convenience stores. On en trouve peu et à des tarifs élevés. J’ai toujours cherché les supermarchés avec un nom écrit en japonais. Les fruits et légumes sont chers, mais cela reste abordable.

Pour le déjeuner, nous avons souvent acheté les plats tout prêts des convenience stores. Ils sont assez copieux, équilibrés et peu coûteux (entre 250 et 500 yens).


Pour les amateurs de sodas et boissons étonnantes, sachez que vous trouverez des distributeurs à tous les coins de rue, dans les endroits les plus improbables, jusque dans les chemins de randonnée ou au cœur d’un petit village de montagne !


Auden et Eylia ont poursuivi leur apprentissage du maniement des baguettes. Ce n’est pas simple. Au Japon, ils ont des baguettes éducatives spéciales pour les enfants. Nous n’avions pas ces perles et nous sommes débrouillés avec les moyens du bord. Quand on a vraiment faim, on arrive toujours à trouver des solutions !


Je décerne le prix de la meilleure reconstitution d’aliments en plastique aux Japonais ! Je m’explique. Tous les restaurants présentent les plats proposés en devanture de leur établissement. C’est assez ingénieux. Cela permet aux clients de savoir exactement ce qu’ils commandent. Et, honnêtement, ça donne envie ! Les plats sont tellement bien imités qu’ils font saliver !


7) Quelles activités pour plus de deux semaines en famille au Japon?


Que faire au Japon ? Evidemment, cela dépend de ce que l’on aime. Cela dépend surtout de ce que l’on se sent capable d’affronter ! Si vous êtes allergiques à la foule : fuyez ! Ou choisissez des endroits absolument pas touristiques. Il y en a.


Je m’adresse ici aux agoraphobes. Si vous rêvez d’un Japon authentique, oubliez les grands temples de Kyoto ou les sites touristiques majeurs des villes principales. Même en se levant aux aurores, vous n’éviterez pas les groupes scolaires. Je n’ose imaginer ce que ce doit être en période de cerisiers en fleurs ou d’érables roux. Le Japon étant surpeuplé, il est difficile de se retrouver seul...


Derrière le superbe Pavillon d'Or, une foule comme je n'en ai jamais vu...

Pourtant, nous l’avons fait. Nous avons réussi à trouver des sites et des balades où nous avions enfin le sentiment de revivre ! Je donnerais trois conseils pour découvrir un Japon sans touristes. Premièrement, si vous souhaitez visiter les sites touristiques, levez-vous tôt et, comme me l’avait conseillé une amie, ne choisissez pas l’allée principale pour découvrir les lieux. Rien qu’en empruntant une allée secondaire, vous respirerez davantage. Deuxièmement, lorsque vous êtes en ville, contentez-vous de déambuler dans les quartiers résidentiels et secondaires, sans rien attendre de précis. Vous serez surpris et aurez davantage le sentiment de découvrir un Japon authentique. Enfin, si vous souhaitez vous retrouver seul, mettez-vous au vert ou exilez-vous à l’extrême-nord du Japon ou au sud-ouest d’Honshu !


De magnifiques coins déserts, dans les Alpes japonaises

Nous aurions adoré assister à un combat de sumos. Toutefois, étant arrivés en pleine saison, tout était réservé. Il faut s’y prendre très à l’avance. Pour les restaurants de teppanyakis, nous nous sommes également faits avoir. Il est souvent demandé de réserver le matin pour le soir ou la veille pour le lendemain, or nous avons souhaité y manger la veille du départ !


8) Et les enfants ? Auden et Eylia au Japon


Eylia a préféré le contact avec les Sud-Coréens. Toutefois, le Japon marque un point sur le plan des paysages alpins, des toilettes à jet et des sushis !


Les toilettes ont également rencontré un franc succès auprès de notre fiston ! Dans un autre ordre d’idées, Auden n’oubliera pas le mont Fuji. Nous lui en avons tellement parlé et avons tant attendu de voir enfin poindre sa frimousse, qu’il s’en souviendra. Cela s’explique aussi par son récent engouement pour les montagnes et l’alpinisme. Depuis notre randonnée de Nouvelle-Zélande, il nous a fait promettre que nous ferions le mont Blanc lorsqu’il serait adolescent et réfléchis au fait de gravir l’Everest, lorsqu’il sera adulte !


Au village folklorique d'HIsa no sato (Takayama)

9) Trucs et astuces du voyageur au Japon

  • Eau du robinet : potable ;

  • Prise électrique : fiches plates.

  • Banques : ATM des 7/11. Aucun frais.

  • Paiements : presque exclusivement en espèces.

  • Transports : Bien étudier son trajet avant de prendre le JR pass. C’est loin d’être toujours rentable. Penser aussi au car.

  • Transports en commun : on paie en sortant du bus ou du tramway. De même, les cartes de transports sont débitées en sortant du métro.

  • Logement : Prendre en compte la taxe de séjour à Kyoto et Tokyo. Elle s’ajoute au prix de la nuit.

  • Repas : de nombreux plats tout prêts sont vendus dans les convenience stores, à des prix abordables (entre 200 et 500 yens). Ils sont équilibrés et vendus à prix cassé le soir.

  • Poubelles : personnellement, je crois ne pas en avoir croisé une seule ! J’exagère à peine. On trouve des poubelles de tri pour les papiers et canettes, mais rien pour les autres déchets.

  • Règles de politesse : retirer ses chaussures lorsque l’on rentre dans une maison ou un temple ; ne pas planter ses baguettes dans son riz.

  • Paperasse : possibilité d’imprimer facilement des documents dans les convenience stores.


10) Quel budget pour 17 jours en famille au Japon?


Taux de change : 1 euro = 123 yens


Hébergement : 1029 euros (soit 60,50 euros de moyenne par jour, pour 4 personnes)


Nous avons réservé nos logements un mois à l’avance, via Booking, et nous sommes tournés vers les offres bon marché. On trouve de tout : du typique, tout à fait correct, comme du bas de gamme !


Nourriture : 134 euros


Nous n’avons pas fait d’excès : plat tout prêts le midi, acheté dans les convenience stores ; dîner cuisiné à l’auberge ; un seul restaurant.


Transports : 553 euros

Après étude de notre circuit, nous n’avons pas pris le JR Pass.


Activités : 20 euros

Ce montant comprend l’entrée au jardin botanique du Tennoji Park d’Osaka, l’entrée au Pavillon doré de Kyoto et l’entrée au village folklorique d’Hida près de Takayama.


Total : 1736 euros (soit 102 euros par jour pour quatre)


Si cet article vous a plu, likez, commentez, partagez ! Suivez-nous sur Instagram !


Nos vidéos

Notre itinéraire en cartes

Nos récits de voyage


Vous pouvez lire également :


Le bilan à J + 7

Comment gérer les coups de blues en voyage ?

Un tour du monde ne rime pas avec « vacances »

Comment ne pas prendre (trop) de poids durant un tour du monde en famille ?

Bilan de notre organisation après quatre mois de voyage en famille en Amérique du Sud

Finalement, voyager, ça sert à quoi ?

Notre tour du monde en famille en 10 listes !

Voyager en famille en Amérique latine en mode routard

Organiser un road-trip en famille dans le grand Ouest américain

Passer une semaine en famille aux Iles Cook

Organiser un road-trip en famille en Nouvelle-Zélande

Voyager sac au dos en famille en Corée du Sud

La top-list de mon retour en France

Le carnet de voyage d’Eylia

POSTS RÉCENTS :
PAR TAGS :
Pas encore de mots-clés.
Nous suivre

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • Facebook Vintage Stamp
  • Twitter Vintage Stamp
  • Instagram Vintage Stamp
Nous trouver